Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

C'est la rentrée pour les élèves du privé dans l'Académie de Dijon

-
Par , France Bleu Bourgogne

L'Académie de Dijon compte 30.758 élèves inscrits pour cette rentrée dans un établissement privé. Leur rentrée c'est ce jeudi et vendredi. L'occasion de soumettre trois idées reçues sur le sujet à Laurent Pichot, directeur du groupe Saint-Josph-La salle à Dijon.

Le grupe Saint-Joseph-La salle à Dijon  accueille 3100 élèves de la maternelle à Bac + 5
Le grupe Saint-Joseph-La salle à Dijon accueille 3100 élèves de la maternelle à Bac + 5 © Radio France - Stéphanie Perenon

Dijon, France

La rentrée scolaire c'est lundi pour les élèves du public mais dans le privé (sous contrat) c'est ce jeudi 29 et vendredi 30 août. Dans l'Académie de Dijon, 30.758 élèves sont inscrits pour cette rentrée dans un établissement privé, premier et second degré confondus. L'occasion de soumettre trois idées reçues sur le privé à Laurent Pichot, le directeur général du groupe Saint-Joseph-La Salle à Dijon. Le groupe accueille des élèves du primaire au bac + 5.

Laurent Pichot, le directeur général du groupe Saint-Joseph-La Salle à Dijon. - Radio France
Laurent Pichot, le directeur général du groupe Saint-Joseph-La Salle à Dijon. © Radio France - Stéphanie Perenon

Première idée reçue : dans le privé aussi, les classes sont surchargées

Laurent Pichot : c'est vrai et faux. Vrai car il y a une dotation horaire qui est octroyée par le rectorat c'est-à-dire que nous avons, comme les autres établissements, un nombre de professeurs dévolus par classe en fonction des effectifs. Et en lycée, c'est 35 élèves mais ça ne veut pas dire qu'ils seront forcément 35 car il y a beaucoup de variabilité d'une classe à l'autre. Enfin  beaucoup de classes sont dédoublées et en effectifs réduits.

Deuxième idée reçue : dans le privé ça coûte très cher

L.P : non ça ne coûte pas très cher, par exemple chez nous cela coûte 500 euros l'année en primaire et c'est souvent bien moins cher que le budget d'une famille consacré au téléphone portable de leur enfant. Le prix peut parfois grimper dans les classes supérieures, jusqu'à 800/1000 euros par an. Mais ce n'est pas exorbitant quand on pense au service rendu pour une éducation de qualité.

Troisième idée reçue : dans le privé le catéchisme est  obligatoire.

L.P : Non c'est faux. Déjà il faut savoir que les parents qui choisissent le privé pour des raisons religieuses ne représentent que 8% des familles. Le catéchisme ou la pastorale, ce n'est jamais imposé chez nous, c'est toujours sous forme de propositions. En fait le choix des parents portent plutôt sur les valeurs, les projets de l'établissement, l'écoute ou la solidarité . D'ailleurs on accueille des élèves musulmans, qui se sentent très à l'aise avec notre pédagogie.

Réécoutez ici les Trois idées reçues sur le privé avec Laurent Pichot, le le directeur général du groupe Saint-Joseph-La Salle à Dijon.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu