Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"C'est quoi, être noir ?" : Lilian Thuram déconstruit le racisme au lycée Paul-Gauguin d'Orléans

L'ex-footballeur international, et président de la fondation Education contre le racisme qui porte son nom, a répondu aux questions d'élèves du lycée Paul-Gauguin, dans le quartier de la Source. Ils participent au programme d'éducation aux médias de France Inter, Interclass'.

Durant deux heures, le champion du monde 1998 Lilian Thuram a expliqué aux lycéens les mécanismes du racisme et comment remettre en question la construction raciale.
Durant deux heures, le champion du monde 1998 Lilian Thuram a expliqué aux lycéens les mécanismes du racisme et comment remettre en question la construction raciale. © Radio France - Thomas Giraudeau

Les exercices sont bien rodés, mais très efficaces. Pour prouver aux lycéens que le concept de race, la couleur de peau, et le racisme qui en découle, sont des constructions sociales, et n'ont rien de naturel, Lilian Thuram leur demande : "qui est blanc ici ?" Trois mains se lèvent, dont celle de Maëline, élève de Seconde. Il s'adresse à elle : "Cette feuille, que je tiens dans ma main, de quelle couleur est-elle ?" "Blanche", répond la jeune fille. "Est-elle de la même couleur que toi ?", ajoute Thuram. "Non". "Alors pourquoi dis-tu que tu es blanche ?" "Quand j'étais petite, on nous disait à l'école : toi, tu es blanc, et toi, tu es noir."

Ce sont les gens, notre entourage qui nous inculque ces stéréotypes, qui me disent que je suis blanche parce que je ne suis pas typée, mais je pense que maintenant, nous savons aller au-delà de ça, nos esprits sont assez ouverts pour ne plus différencier une personne noire d'une personne blanche. 

De là découle un système de pensée, des visions du monde et des individus qui nous entourent contre lesquelles le champion du monde 1998 lutte depuis plus de dix ans. Avec sa fondation Lilian Thuram éducation contre le racisme, il se rend régulièrement dans des établissements scolaires pour discuter avec les élèves, les inviter à questionner ces termes de noir, de blanc, et à comprendre comment le racisme naît. 

Ce lundi 17 mai, il est invité à répondre aux questions d'une classe de Seconde professionnelle métiers de la relation client, au lycée Paul Gauguin, à Orléans-la-Source. Les élèves participent à Interclass', l'émission et programme d'éducation aux médias de France Inter. Ils réalisent des reportages et des interviews, à l'image de celui avec Lilian Thuram. 

"J'ai découvert le racisme en France"

Ses motivations personnelles à lutter contre le racisme, les insultes qu'il a subi durant sa carrière de footballeur, l'existence ou non d'un racisme anti-blanc en France. Lilian Thuram répond à toutes les questions des lycéens, longuement. Il raconte par exemple comment un de ses coéquipiers à l'AS Monaco, blanc, a obtenu facilement un appartement alors que ce même bien lui a été refusé. 

Il leur montre aussi une carte du monde, renversée, où l'Afrique est au centre, alors que les cartes que nous connaissons figurent toujours l'Europe en leur cœur. Bouleverser les manières de voir le monde, pour briser les hiérarchies que nous pouvons établir entre les individus, et comprendre qu'ailleurs, on ne pense et on ne perçoit pas la société qui nous entoure de la même façon. 

Cette démonstration interpelle particulièrement Nathanaël, un des élèves. "Quand j'étais petit, j'habitais à Saint-Martin, aux Antilles. Là-bas, on se mélangeait, on vivait entre noirs et blancs, et il n'y avait aucun problème. Je ne souffrais pas du racisme. C'est en arrivant en France que j'ai découvert ce mot. Et que je me suis senti noir. Au collège, en cours, on m'insultait. On me traitait de sale noir. Au lycée, ce n'est plus le cas. Mais dans la rue, j'entends parfois des cris de singe !" Et d'ajouter qu'en 2021, "il y a des mots, des actes qu'il ne faut plus laisser passer."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess