Éducation

Calvados : Port en Bessin et Colombelles vont perdre leur collège

Par Didier Charpin, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) mardi 12 septembre 2017 à 19:31

Jean-Léonce Dupont (président du Conseil Départemental du Calvados) lance le processus de fermeture de deux collèges
Jean-Léonce Dupont (président du Conseil Départemental du Calvados) lance le processus de fermeture de deux collèges © Radio France - Vincent Isore

Le Conseil départemental du Calvados poursuit la réduction du nombre de collège. Et 2 ans après la fermeture de celui de Cabourg, ceux de Port en Bessin et Colombelles subiront le même sort à la prochaine rentrée scolaire. Le Département invoque la démographie.

Le Calvados compte actuellement 60 collèges publics. Et un processus de fermeture est donc engagé pour deux d’entre eux : Port en Bessin et Colombelles. Avec 240 élèves inscrits cette année celui de Port en Bessin affiche un faible taux d'occupation de 56 %. Et comme ses voisins de Trévières et Bayeux disposent eux-aussi de nombreuses places disponibles les élèves y seront donc dirigés dès la prochaine rentrée scolaire ! « C’est toujours un moment douloureux mais nous allons chercher les meilleures solutions avec les familles pour la répartition des élèves» précise Jean-Léonce Dupont, le président du Conseil Départemental.

Dans l’agglomération caennaise le taux d'occupation du collège de Collombelles est encore plus faible : 49 %. Et le Président du département invoque la vétusté des lieux pour justifier la fermeture. «Il faudrait des investissements extraordinairement importants pour le rénover ! » dit-il. Les collégiens de l’Est caennais auront moins de kilomètres à faire que leurs camarades du Bessin, des places sont disponibles dans les collèges des communes voisines de Mondeville et Hérouville-Saint-Clair.

Un contexte démographique tendu

Globalement le Calvados souffre d'un manque d'élèves de plus en plus prononcé. Le Département a perdu 3 500 collégiens en 15 ans. Il y a cette année un peu plus de 25 000 inscrits pour une capacité globale supérieure à 30 000 places. Certaines zones sont particulièrement en souffrance : le Bocage avec 30 % de places vacantes ou encore le Nord Pays d'Auge (Deauville et Dozulé) dans les mêmes proportions.

Des secteurs à surveiller selon le Conseil départemental comme le centre-ville de Caen où il y a de fortes disparités avec des taux d'occupation, compris entre 61 et 109 %. Une nouvelle sectorisation sera mise en place dans 2 ans –pour la rentrée 2019- afin de mieux répartir les élèves.