Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les cas de coronavirus ont explosé en mars dans les établissements scolaires franciliens

-
Par , France Bleu Paris

Ils ont littéralement explosé depuis le début du mois de mars : le nombre de cas de coronavirus parmi les élèves a augmenté de 440% depuis le retour des vacances de février en Île-de-France La hausse a été quasi constante depuis le début de l'année scolaire, mais s'accélère désormais.

Les tests salivaires n'ont que peu de succès auprès des parents d'élèves franciliens pour l'heure
Les tests salivaires n'ont que peu de succès auprès des parents d'élèves franciliens pour l'heure © Radio France - Alexandre Blanc

7.398 écoliers, collégiens et lycéens franciliens atteints du coronavirus la semaine dernière : le chiffre n'a beau représenter que 0,3% des élèves de la région, il a soudainement bondi ce mois-ci. Entre le 4 et le 25 mars, le nombre d'élèves touchés a ainsi augmenté de 440%, passant de 3.045 à 7.398. Entre le 11 et le 25 mars, cela représente une hausse de 142%. Jamais le nombre de cas parmi les élèves franciliens n'a été si élevé depuis la rentrée de septembre. 

Chez le personnel éducatif, la tendance est globalement la même : le nombre de cas chez les enseignants, Atsem et encadrants a ainsi flambé de 525% entre le 4 et le 25 mars (+26% sur la dernière semaine). Ils sont aujourd'hui 1.100 à être touchés par le coronavirus dans les établissement franciliens, soit 0,6% des effectifs.

Plus de 1.000 classes fermées 

Aujourd'hui, en Île-de-France, 32 établissements scolaires sont entièrement fermés, souvent faute de remplaçants pour les enseignants, en grande majorité des écoles. 1.002 classes sont également concernées, contre 135 seulement au retour des vacances de février, et 246 mi-février. 

Jusqu'à présent, la fermeture était actée lorsqu'il y avait au moins un cas en maternelle et trois cas pour les autres niveaux : ce sera désormais dès le premier cas partout dans les départements confinés, dont les franciliens. Le protocole sanitaire a été renforcé ce vendredi soir par le ministère de l'Education nationale. 

Rebond après la reprise des cours

Depuis début septembre, la hausse du nombre de cas de covid dans les établissements scolaires est presque constante d'une semaine à l'autre, à une exception. Dans les quatre premiers jours de classe après une période de congés, il chute systématiquement de plus de moitié, que ce soit au retour des vacance de la Toussaint, de Noël ou de février. 

Ce n'est que huit à dix jours après la rentrée que le nombre de cas explose de nouveau. Entre le 4 et le 11 mars par exemple, le nombre d'élèves positifs au coronavirus a ainsi bondi de 122%, celui des enseignants de 395%. 

Peu de succès pour les tests salivaires

Ces dernières semaines, les tests salivaires sont déployés dans les établissements scolaires pour tenter de mieux dépister les cas de coronavirus chez les plus jeunes. Mais en Île-de-France, ils n'ont pour l'heure pas un franc succès : alors que le ministère de l'Education nationale en a mis 54.229 à disposition dans la semaine du 15 au 19 mars, seuls 36.673 ont été réalisés, soit environ 67%. 

382 tests salivaires ont permis de révéler des cas de coronavirus, soit 1,04% de positifs

Taux d'incidence qui explose chez les jeunes

Plus largement, la troisième vague touche davantage les moins de 20 ans que les deux précédentes. Depuis début janvier, le taux d'incidence chez les 0-9 ans a littéralement explosé : +616%. Au 22 mars, le taux d'incidence chez les 0-9 ans s'élevait ainsi à 306 nouveaux cas pour 100.000 habitants. Cette classe d'âge était la seule jusque là la seule qui n'avait pas connu de flambée des cas, en partie car elle était aussi moins testée, et avait ainsi conservé un taux d'incidence extrêmement bas. 

Chez les 10-19 ans, la tendance est similaire : alors qu'ils étaient restés déjà une des classes d'âges les plus touchées depuis la deuxième vague, la circulation du coronavirus dans cette tranche d'âge a doublé dans le dernier mois. Leur taux d'incidence est passé de 393 à 738 en l'espace de trois semaines : à l'exception des trentenaires, c'est parmi eux que le coronavirus se propage le plus activement actuellement. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess