Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Certains parents d'élèves mettent la pression" témoigne une enseignante mayennaise

-
Par , France Bleu Mayenne

L'assassinat d'un professeur d'Histoire et Géographie à Conflans Saint-Honorine met en lumière des formes de pressions exercées parfois par certains parents d'élèves, quand un cours leur déplaît. Une enseignante mayennaise qui souhaite garder l'anonymat témoigne.

Drapeaux en berne devant un collège (illustration)
Drapeaux en berne devant un collège (illustration) © Maxppp - Vincent Michel

Dans une semaine, c'est la rentrée des classes. Une rentrée particulière après l'assassinat du professeur d'Histoire et Géographie, le 16 octobre dernier, à Conflans Saint-Honorine en région parisienne. Attentat commis par un individu qui lui reprochait d'avoir montré des caricatures de Mahomet à ses élèves, lors d'un cours sur la liberté d'expression. L'enquête a notamment révélé qu'un parent d'élève avait appelé à la vengeance contre Samuel Paty sur sa page Facebook. Une forme de pression aux conséquences dramatiques. 

En Mayenne évidemment, pas d'affaire de cette ampleur, mais le corps enseignant s'interroge. Comment a-t-on pu en arriver là ? Plusieurs d'entre eux expliquent avoir déjà été confrontés à la pression de certains parents au sujet d'un cours qui ne leur avait pas plus. "Elle s'exerce de plusieurs façons : un rendez-vous avec le chef d'établissement ou le professeur principal, ou bien par mail, car on communique beaucoup de cette façon-là" explique cette enseignante d'un collège mayennais qui préfère rester anonyme. "Ils nous disent que l'approche d'un de nos cours ne leur a pas plus ou les a heurté. Et il y a souvent une réelle souffrance de leur part" explique cette professionnelle. 

Les tensions avec les parents ne concernent pas que le thème de la religion. "Récemment, j'ai fait un cours de troisième en géographie sur les espaces productifs en travaillant sur l'augmentation des espaces productifs agricoles. On y parlait d'agro-écologie, de l'usage des produits chimiques. Et une famille m'a fait savoir qu'elle était profondément heurtée" poursuit l'enseignante qui précise que ces formes de pressions restent quand même à la marge.
Principe de coéducation

La coéducation

La Fédération des Parents d'élèves est parfois saisie dans ce genre d'histoire. Le principe de coéducation doit être préserver selon son président en Mayenne, Bernard Bonneterre. Il appelle à des discussions sereines en cas de problèmes. "Il faut bien sûr écouter ses enfants, mais aussi aller voir le professeur pour faire la part des choses et mieux cerner la réalité de ce qui s'est passé" explique t-il. Important aussi : le soutien de la hiérarchie. Les chefs d'établissements sont souvent en première ligne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess