Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

CES de Châteauroux : les licences maintenues, sous conditions

mercredi 29 novembre 2017 à 21:29 Par Sarah Tuchscherer, France Bleu Berry

Mobilisés depuis plusieurs semaines contre la suppression de la 3e année de licence, les étudiants du CES (Centre d'Etudes Supérieures) de Châteauroux ont reçu ce mercredi la visite du président de l'université d'Orléans.

Au CES, les vitres des salles de cours sont désormais couvertes de slogans
Au CES, les vitres des salles de cours sont désormais couvertes de slogans © Radio France - Sarah Tuchscherer

Châteauroux, France

La mobilisation reste forte au CES, le Centre d'Etudes Supérieures de Châteauroux. Ce mercredi après-midi, quelque 200 personnes, étudiants, membres de syndicats et de partis politiques de gauche étaient réunies devant les locaux de l'avenue François Mitterrand pour dire non à la fermeture de la 3ème année de licence des quatre filières proposées aujourd'hui (droit, éco-gestion, histoire, langues étrangères appliquées).

Châteauroux Métropole a fourni deux banderoles, l'une au CES, l'autre au rond-point de la préfecture - Radio France
Châteauroux Métropole a fourni deux banderoles, l'une au CES, l'autre au rond-point de la préfecture © Radio France - Sarah Tuchscherer

Des cours par écran interposé

Une délégation étudiante a été reçue par le président de l'université d'Orléans, Ary Bruand, venu assister au conseil d'administration de l'ADESI (Association de Développement de l'Enseignement Supérieur dans l'Indre). Ils en sont ressortis plutôt satisfaits des propositions faites. Toutes les licences seraient maintenues, mais certains cours seraient assurés par visioconférence. Dimitri Othon, élu de l'Unef a réagi à cette annonce plutôt positivement : "C'est une piste de travail. Les responsables de l'université nous écoutent, leur position évolue, nous nous en réjouissons. Mais nous restons méfiants. Ca n'est qu'une piste de travail, rien n'est acté".

Les collectivités locales mises à contribution

En effet, rien n'est décidé. Et il reste l'épineuse question du financement de cet équipement. D'après Théo Lefrère, lui aussi membre de l'Unef, il y en aurait pour une centaine de milliers d'euros : "entre 85.000 et 135.000 euros, que les collectivités locales devront prendre à leur charge". Décidés à poursuivre leur combat, les étudiants devraient se réunir rapidement pour décider de leurs prochaines actions.

Après leur entrevue avec le président de l'Université, les étudiants racontent à leur camarade ce qui leur a été dit - Radio France
Après leur entrevue avec le président de l'Université, les étudiants racontent à leur camarade ce qui leur a été dit © Radio France - Sarah Tuchscherer