Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

« Cette réforme ne va pas lutter contre l’échec scolaire » : Sylvianne Guttierez

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard
Belfort, France

A partir de ce lundi jusqu’à la fin de la semaine, c’est une nouvelle semaine de mobilisation contre la réforme scolaire. Sylviane Guttierez est professeur de lettres au collège Anatole France de Bethoncourt, elle a répondu à 3 questions à 7h15

Jusqu'à la fin de la semaine, le Snes Fsu et d'autres syndicats vont enchaîner les réunions publiques et les distributions de tracts contre la réforme de Najat Vallaud Belkacem.

« Une réforme incompréhensible et inefficace »

La réforme a un objectif : ramener à moins de 10 % les écarts de réussite scolaire entre les élèves.

Sylviane Guttierez est professeur de lettres au collège Anatole France de Bethoncourt et responsable d'académie du Snes Fsu. Pour elle cette réforme va faire du mal à l’Education Nationale : « Elle va contribuer à l’échec scolaire puisque les élèves vont voir leurs horaires disciplinaires diminuées. On va imposer une interdisciplinarité, n’importe qui va pouvoir faire n’importe quoi. En 6ième on va globaliser les horaires de physique de technologie, ça pourra être enseigné par n’importe quel professeur »

« Il faut réduire le nombre d’élèves en classes »

Pour Sylvianne Guttierez, réformer l’éducation nationale est possible : « Le problème c’est que les ministres ne nous demandent jamais notre avis à nous enseignants alors que nous sommes les premiers concernés. Il y a une chose à faire de toute urgence c’est surtout réduire le nombre d’élèves en classe. On sait que ça marche à l’étranger, il faut le faire en France. »

3 questions à Sylviane Guttierez

Choix de la station

À venir dansDanssecondess