Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Charente-Maritime : 31 classes et une école vont fermer à la prochaine rentrée

vendredi 15 mars 2019 à 12:15 Par Thibault Lecoq, France Bleu La Rochelle

La directrice académique de Charente-Maritime a annoncé le nombre de classes qui seront fermées à la rentrée 2019 : 31. Mais il y aura aussi quinze ouvertures sur le département.

31 classes vont être supprimées en Charente-Maritime à la prochaine rentrée. (Photo d'illustration).
31 classes vont être supprimées en Charente-Maritime à la prochaine rentrée. (Photo d'illustration). © Maxppp - Julio PELAEZ

Charente-Maritime, France

31 classes sont sûres de fermer à la prochaine rentrée en Charente-Maritime en septembre 2019. C'est ce qu'a annoncé ce jeudi la directrice académique de Charente-Maritime, Annick Baillou. Sept autres classes sont également en danger : la décision de leur fermeture éventuelle ne sera prise qu'en juin, en fonction de l'évolution des effectifs d'ici là.

A Saintes, c'est une école entière qui va fermer : l'école Saint-Exupéry. Ses deux classes de maternelle et cinq de niveau élémentaires sont supprimées. C'est une confirmation d'une mesure déjà annoncée au mois de mai 2018 : les autorités constataient qu'il y avait trop d'écoles à Saintes vu la baisse des effectifs.

Au delà de ces 31 fermetures de classes, il y aura aussi quinze ouvertures. Parmi elles, trois dédoublements de classes de CP et CE1 en zone Rep et Rep+.

Les fermetures sont dues à une baisse du nombre d'élèves : il y aura 644 élèves de primaire en moins la rentrée prochaine en Charente-Maritime. Mais les moyens vont rester les mêmes, assure la directrice académique, qui vante une meilleure éducation : "il n'y a aucun moyen en moins pour ce département, ce qui nous laisse des marges de manoeuvre tout à fait intéressante pour oeuvrer en terme de qualité de l'enseignement".

Annick Baillou, directrice académique de la Charente-Maritime.

Les syndicats, de leur côté, ont voté contre la carte scolaire, mais ils reconnaissent que la baisse du nombre d'élèves oblige à réorganiser les moyens. Mais Nathalie Maillet du SNUipp-FSU, cette réorganisation aurait pu être différente : "31 fermetures, c'est quand même beaucoup". Elle pointe le risque de classes à multiples niveaux. Elle estime que les effectifs auraient pu être allégés partout.

Les syndicats ont voté contre cette nouvelle carte scolaire. Pour eux, 31 fermetures, c'est trop.

Ces fermetures touchent principalement des établissement ruraux. Nathalie Maillet du SNUipp-FSU regrette d'ailleurs la différence entre le discours du ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, et la réalité du terrain : "Monsieur Blanquer avait annoncé une vigilance particulière sur les écoles rurales. Bon, ça, ce sont des annonces. Dans les faits, quand les effectifs baissent, on ferme quand même parce qu'il faut rééquilibrer les moyens", explique-t-elle.

D'autres ouvertures potentiellement annoncées en juin ou septembre

Si les fermetures sont définitives, les ouvertures, elles, peuvent encore intervenir avant la rentrée, en fonction du nombre d'élèves qui va arriver en classes élémentaires, mais surtout en maternelle maintenant que l'école est obligatoire dès 3 ans. Mais selon la directrice académique Annick Baillou, le nombre sera peu élevé, car beaucoup d'enfants de trois ans étaient déjà scolarisés.