Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Château-Gontier : des collégiens sensibilisés contre les violences sexuelles et psychologiques

samedi 25 novembre 2017 à 6:33 Par Fabien Burgaud, France Bleu Mayenne

Avant la journée internationale contre les violences faites aux femmes ce samedi, la ville de Château-Gontier a organisé un atelier de sensibilisation contre les violences au collège Paul-Emile Victor, face à des élèves attentifs et surpris.

Les panneaux contre les violences ont été présentées au CDI avant d'être remis dans la salle de l'atelier.
Les panneaux contre les violences ont été présentées au CDI avant d'être remis dans la salle de l'atelier. © Radio France - Fabien Burgaud

Château-Gontier, France

La cinquantaine de collégiens est un peu dissipée. Mais quand les chiffres tombent : silence. "Tous les trois jours, une femme meurt en France sous les coups de son compagnon", explique une animatrice du collectif local de lutte contre les violences intra-familiales. "On est un peu surpris", commente un adolescent. Une autre renchérit : "ce n'est pas très humain".

Harcelée, sans s'en rendre compte

Voir la réalité en face, aussi choquante soit-elle, et décrire toutes les formes de violences, c'était l'objectif du CIAS (centre intercommunal d'action sociale). Face à eux, les élèves de 4e sont attentifs. Grâce à l'actualité, certains ont déjà pu y réfléchir. Pauline* a suivi l'affaire Weinstein, producteur américain accusé de viol par des actrices. "On peut voir des personnalités, tu penses qu'elles sont bien mais en fait pas du tout. Elles ont un autre visage, ce n'est pas ce qu'on pensait", raconte-t-elle.

On passe en revue les nombreuses formes de violences : physique, sexuelle mais aussi psychologique. Vient le harcèlement. Mais pas facile encore de poser des mots sur des situations. Louise* est harcelée depuis l'école primaire, sans s'en rendre compte. "Parfois on m'embête sur mon style, mes habits. Mais ça se résout tout seul". Il faut en parler à un adulte ou à ses amis pour s'en sortir, conseillent en creux les animatrices. "Je vais essayer, mais je n'ai pas l'habitude d'aborder le sujet. Mais au moins, maintenant je sais comment faire" sourit-elle.

Un atelier sans doute renouvelé l'an prochain

Un exemple parlant : à 14 ans, c'est le bon moment pour les sensibiliser, selon Anne Lebossé-Champion, responsable du service social à la mairie de Château-Gontier, à l'origine du projet. "On a trouvé important de les prévenir le plus tôt possible pour qu'au moment où cela se déroule, ils aient toutes les cartes en main pour sortir de ce cycle de violence", analyse-t-elle. Surtout à un âge où les adolescents connaissent leurs "premiers amours et la vie en groupe".

Des chiffre chocs et des exemples concrets, l'atelier fonctionne et retient l'attention. Pauline est marquée par cette matinée. "J'étais surpris par les chiffres. Notamment le nombre d'environ 70 000 mariages forcés en France. Sur un autre pays en Afrique, j'aurais quand même été surprise, mais là, chez nous, je ne pensais pas que ça existait ! Maintenant je suis optimiste parce que si je vois des personnes en difficulté, il faut que je les aide et c'est normal. Des personnes vont s'en rendre compte et au collège certains vont arrêter d'insulter", espère-t-elle. L'atelier sera sans doute renouvelé l'an prochain, pour les futurs 4e du collège Paul-Emile Victor.

*Les prénoms ont été modifiés