Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Le skipper Armel Tripon (Reauté Chocolat) devant des écoliers de Château-Gontier

mardi 28 novembre 2017 à 17:38 Par Fabien Burgaud, France Bleu Mayenne

De retour de la transat Jacques Vabre, le skipper Armel Tripon est venu rendre visite à l'école St Louis-Ste Marie de Château-Gontier. Les élèves ont suivi jour par jour sa traversée, lui qui naviguait sur le bateau mayennais Réauté Chocolat.

Devant les écoliers, Armel Tripon dévoile la vidéo des coulisses de sa transat Jacques Vabre
Devant les écoliers, Armel Tripon dévoile la vidéo des coulisses de sa transat Jacques Vabre © Radio France - Fabien Burgaud

Château-Gontier, France

Après les mers, une mini marée humaine. Revenu de la transat Jacques Vabre, Armel Tripon est accueilli ce mardi par une quarantaine d'enfants, en CM1-CM2, aux cris de "Armel ! Armel ! Armel !". Accueil de rockstar pour le skipper qui a terminé 3e de la catégorie multi50.

"Est-ce que vous étiez stressé ?"

Chacun leur tour, les élèves posent leur question à Armel Tripon - Radio France
Chacun leur tour, les élèves posent leur question à Armel Tripon © Radio France - Fabien Burgaud

Face à lui, des élèves un peu intimidés. Léa se lance : "Nous avons été surpris quand vous avez changé de direction pendant les tempêtes. Nous sommes content que tu sois troisième, c'est extraordinaire que rien ne soit cassé !", dit-elle d'une petite voix. Une heure de questions réponses sur sa vie à bord, ses 11 jours de traversée. "Est-ce que vous étiez stressé ?", demande un élève. "Oui un peu stressé, c'était mon premier départ en multicoque" souffle Armel Tripon.

Après les questions, la remise des dessins au skipper  - Radio France
Après les questions, la remise des dessins au skipper © Radio France - Fabien Burgaud

C'était la première fois que l'école suivait une transat, jour après jour, avec un carnet de bord. Pari réussi pour le directeur de l'école, Yannick Quillet. "Ils étaient tous impliqués. Même pour les autres catégories ! Evidemment, le V&B était attendu, un peu de chauvinisme par rapport à Château-Gontier" explique-t-il. Pendant la transat, les élèves étaient plus que motivés, se souvient-il.

Avec la voile, on apprend la géographie et la physique en s'amusant. Armel Tripon, skipper

"On a invité tous les enfants à suivre le départ en direct sur France 3. Au fil de la journée, on se connectait régulièrement sur le site de la transat, et les enfants n'oubliaient pas de nous le rappeler (rires). Ça permettait de suivre l'avancée sur la carte et puis on avait la chance de recevoir des e-mails au moins une fois par jour avec des points presse, des stratégies de course. Et certaines fois des messages, des paroles envoyées directement par Armel" raconte le directeur.

Photo de groupe à l'extérieur avec les CM1-CM2, et au centre Armel Tripon - Radio France
Photo de groupe à l'extérieur avec les CM1-CM2, et au centre Armel Tripon © Radio France - Fabien Burgaud

Après l'intervention, les enfants sont ravis. "C'était trop bien ! Et puis troisième, c'est super ce qu'il a fait. Bravo Armel !", donne une jeune fille. "Moi j'aimerais bien être skipper, ça me plaît bien je crois", confie un autre élève. Exactement ce qu'espère Armel Tripon. "Si on peut créer des vocations, c'est magnifique. Et on a déjà vu des marins dans les coins où il n'y a pas de mer !" sourit-il.

Pour le skipper, ses 11 jours de traversée ont été "utiles" aux élèves

En partant, Armel Tripon remercie les enfants et professeurs. "Rendez-vous à la route du Rhum !" conclut-il. Ce sera fin octobre 2018, entre Saint-Malo et la Guadeloupe.

"Où est-ce que vous faisiez vos besoins ?"