Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Châteauroux : les enseignants de nouveau mobilisés

-
Par , France Bleu Berry

Menacés. Précarisés. C'est le sentiment des enseignants réunis, ce jeudi 4 avril, devant la cité administrative. Ils réaffirment leur mécontentement face au projet de loi Blanquer, et plus largement contre les politiques menées depuis des dizaines d'années sans succès.

Plusieurs dizaines d'enseignants rassemblés devant la cité administrative de Châteauroux, contre la Loi Blanquer
Plusieurs dizaines d'enseignants rassemblés devant la cité administrative de Châteauroux, contre la Loi Blanquer © Radio France - Elodie Rabelle

Châteauroux, France

Ils sont enseignants en primaire, au collège ou au lycée. Plusieurs dizaines sont massés devant l'entrée de la cité administrative (qui accueille depuis peu l'inspection académique de l'Indre). Leur objectif : que la loi Blanquer ne passe pas. Et revendiquer plus de moyens pour l'Education nationale. 

Être prof n'est plus attractif

José-Manuel Félix, secrétaire départemental de la CGT Educ'action 36,  ne veut rien lâcher : _" la mobilisation ne doit pas cesser, même si les vacances qui arrivent ". Selon lui : " Dans l'Indre, au niveau 1er degré _(école maternelle et primaire), _il y a l'équivalent de cinq postes en moins, commente-t-il. Au collège, c'est 4,5 postes en moins et onze fermetures de classes. _

Eloïse Gonzalez, du Snes FSU, est professeure d'anglais au collège de Neuvy-Saint-Sépulchre, pour elle, en creux, ce sont toutes les politiques menées depuis Mitterrand qui ont fait que l'enseignement public s'est dégradé. Classes surchargées, volume horaire mal estimé : "on ne compte pas le temps de travail passé hors les murs de la classe", un salaire d'entrée trop bas et peu d'évolution possible "J'ai commencé il y a 17 ans à 1400 euros nets mensuels environs, avec un BAC+5, j'en suis à 1900 nets aujourd'hui, et avec le prélèvement à la source, la hausse de la CSG, du coût de la vie, je gagne finalement de moins en moins. On est cadres de la fonction publique, mais des cadres déclassés". 

Une situation qui n'est pas sans conséquence : pour Eloïse Gonzalez, c'est la profession qu'on tue à la racine : "On n'arrive plus à recruter, et les jeunes qui réussissent le concours démissionnent, et pour cause, être prof, ce n'est plus attractif." 

Les enseignants ont reçu le soutien de la Coordination nationale lycéenne.  José-Manuel Félix appelle à d'autres journées de manifestations. 

Opération "collège mort" à Vatan 

En parallèle de la mobilisation à Châteauroux, une journée "collège mort" à Vatan. Selon les syndicats d'enseignants, 80% des élèves ne sont pas venus en cours ce jeudi 4 avril. 

Une banderolle déployés sur les murs du collège à Vatan - Aucun(e)
Une banderolle déployés sur les murs du collège à Vatan - FSU 34

.