Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Châteauroux : les professeurs du collège Beaulieu en grève contre l'expulsion de la famille albanaise

-
Par , France Bleu Berry

Les cours ne sont pas assurés ce mardi matin au collège Beaulieu, à Châteauroux. Les enseignants se sont mis en grève pour soutenir l'action des élèves et des parents d'élèves. L'un des enfants de la famille albanaise menacée d'expulsion était scolarisé dans l'établissement.

Les élèves se mobilisent devant le collège Beaulieu
Les élèves se mobilisent devant le collège Beaulieu © Radio France - Jérôme Collin

Châteauroux, France

La mobilisation pour la famille albanaise expulsée de Châteauroux se poursuit. Après un rassemblement lundi devant la préfecture de l'Indre,  des élèves du collège Beaulieu mènent une action ce mardi. Enver, l'un des trois enfants de la famille, était scolarisé dans l'établissement. Il était en classe de 4ème. Les professeurs soutiennent ce mouvement et se sont mis en grève. Aucun cours n'est assuré depuis ce matin.

"Nous sommes massivement devant l'établissement pour soutenir les enfants et les parents d'élèves. Les citoyens que nous sommes sont mécontents de l'expulsion de cet enfant. Il y a une indignation très profonde", confie David Navarro, professeur d'histoire-géographie au collège Beaulieu et qui a eu pendant deux ans l'adolescent albanais comme élève.

Enver était un enfant castelroussin intégré comme les autres et du jour au lendemain, il se retrouve expulsé"

Il ne s'agit pas d'un blocage, les élèves qui le souhaitent peuvent entrer dans l'établissement. Mais la solidarité est totale. "C'est très choquant. Enver suivait une scolarité tout à fait normale, il communiquait, il prenait la parole. On avait créé une mini-entreprise sociale et solidaire, il avait spontanément voulu y participer. Il travaillait à l'école et en plus il voulait avoir une action solidaire", témoigne David Navarro.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu