Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Châteauroux : le collège Rosa Parks rassure une dizaine de familles dont les enfants font leur rentrée en 6ème

dimanche 2 septembre 2018 à 17:48 Par Aurore Richard, France Bleu Berry

Ce lundi 3 septembre, c'est la rentrée avec son lot de stress. Les élèves qui entrent en 6ème au collège Rosa Parks de Châteauroux n'y échappent pas. Une dizaine d'entre eux, ainsi que leurs parents, sont soutenus par l'établissement.

L'élève a un entretien avec un professeur, une fois par semaine, tout au long du premier trimestre.
L'élève a un entretien avec un professeur, une fois par semaine, tout au long du premier trimestre. © Radio France - Aurore Richard

Châteauroux, France

Les enfants sont en train de faire leur rentrée ce lundi 3 septembre. Un moment de stress et d'angoisse pour les enfants, peut-être encore plus pour les parents. C'est le cas au collège Rosa Parks de Châteauroux, notamment pour les nouveaux élèves qui entrent en 6ème. Cet établissement a mis en place le projet Accompagner Motiver et Intégrer (AMI) avec la ville. Pour la septième année, ce projet doit aider à rassurer une dizaine de familles sur l'entrée au collège. 

Ces anciens écoliers de Jean Moulin, Montaigne, Buffon, Michelet et Frontenac ont plusieurs craintes : se perdre dans les couloirs ou encore, être embêté par les plus grands. Les parents aussi sont inquiets, voire plus.  "Je suis plus angoissée que ma fille. C'est difficile, c'est un cap le collège. On voit qu'elle grandit, on perd nos enfants", explique Stéphanie.

Une rencontre hebdomadaire avec un professeur 

Le stress devrait vite disparaître mais au cas où, Sébastien Réty, du Dispositif de Réussite Éducative de la ville, a prévu un suivi tout au long du premier trimestre. Les élèves vont en effet rencontrer un professeur, une fois par semaine, afin de discuter des éventuels soucis.

Les collégiens sont aussi soutenus par les premiers élèves qui ont bénéficié du projet AMI. "Ils peuvent leur donner des conseils d'ordre très pratique, d'organisation dans le travail et ils peuvent aussi leur redire qu'en cas de souci, il ne faut pas avoir peur et il faut aller en parler à tel professeur ou au conseiller principal d'éducation", souligne Grégory Doussot, le principal du collège Rosa Parks. Ces consignes sont à appliquer notamment en cas de harcèlement.