Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

A Chevigny-Saint-Sauveur, une nouvelle promotion a fait sa rentrée à l'École de la deuxième chance

jeudi 31 août 2017 à 18:49 Par Stéphanie Perenon, France Bleu Bourgogne

L'École de la deuxième chance accueille depuis 2011 des jeunes âgés de 18 à 30 ans, en situation de décrochage scolaire. Et depuis deux ans, elle accompagne des migrants. Une nouvelle promotion a fait sa rentrée cette semaine à Chevigny-Saint-Sauveur.

L'École de la deuxième chance à Chevigny-Saint-Sauveur accueillait une nouvelle promotion ce lundi 28 aout 2017
L'École de la deuxième chance à Chevigny-Saint-Sauveur accueillait une nouvelle promotion ce lundi 28 aout 2017 © Radio France - Stéphanie Perenon

Chevigny-Saint-Sauveur, France

Une nouvelle promotion de stagiaires a fait sa rentrée cette semaine à l'Ecole de la deuxième chance, l'E2C à Chevigny-St-Sauveur.

L'école accueille depuis 2011 des jeunes âgés de 18 à 30 ans, en situation de décrochage scolaire. Et depuis deux ans, elle accompagne des stagiaires en Français-Langue étrangère. Ce sont de jeunes migrants pour qui les parcours sont adaptés avec plus de cours de français mais avec toujours ce même objectif, les aider à décrocher un emploi .

Des stagiaires très motivés

Parmi les nouveaux stagiaires, Mohamed, il a 27 ans et a fui le Soudan. Depuis son arrivée en France en novembre 2015, le jeune homme a tout fait pour apprendre le français. Il a suivi des cours de français grâce à la Croix-Rouge. C'est d'ailleurs un bénévole de l'association et son conseiller Pôle Emploi qui lui ont conseillé de postuler à l'E2C. Un choix qu'il ne regrette pas , "c'est très positif pour moi, l'école me donne une chance de découvrir quelque chose de nouveau, et d'apprendre un métier que j'ai vraiment envie de faire". Son projet, devenir électricien et décrocher un emploi au plus vite.

"Cela fonctionne bien car ce sont des stagiaires très motivés", poursuit Sébastien Delval. Le directeur de l'Ecole de la deuxième chance, dresse un bilan très positif de ces deux années d'expérimentation.

Sébastien Delval, directeur de l'E2C à Chevigny-Saint-Sauveur

→ À lire aussi : Chevigny-Saint-Sauveur : une nouvelle vie qui commence à l'école de la deuxième chance

Pour Jedo, ce sera plutôt plaquiste. A 21 ans, il est à la fin de son parcours à l'E2C. Après sept mois passés à l'école, il estime avoir beaucoup appris "en français, en mathématiques, ça m'a vraiment aidé." Et surtout le jeune homme originaire de Lybie, a pu apprendre trois métiers, mais celui qu'il maîtrise parfaitement, c'est celui de plaquiste.

De gauche à droite, Jedo et Mohamed, le premier termine son parcours à l'E2C et le second vient de commencer - Radio France
De gauche à droite, Jedo et Mohamed, le premier termine son parcours à l'E2C et le second vient de commencer © Radio France - Stéphanie Perenon

"Le cas de Jedo est exemplaire" pour Élise Moreau, formatrice à l'E2C, "il est arrivé plutôt renfermé, triste et aujourd'hui je le sens plus épanoui,il parle mieux le français et est plus motivé encore."

Une véritable satisfaction pour Denis Chauvel. le délégué général de la Ligue de l'enseignement, qui porte le projet en Côte-d'Or, "dans les expérimentations menées depuis deux ans, on se rend compte que ce sont des stagiaires qui ont un fort niveau de motivation et dans les faits ça permet de créer une dynamique au sein des autres stagiaires".

Les stagiaires de l'E2C suivent aussi des cours pour le code de la route, comme ici avec Élise Moreau, leur formatrice - Radio France
Les stagiaires de l'E2C suivent aussi des cours pour le code de la route, comme ici avec Élise Moreau, leur formatrice © Radio France - Stéphanie Perenon

Objectif : 50 à 60% de sorties positives

Un objectif atteint confirme Denis Chauvel, "pour nous l'expérimentation se confirme et nous pourrions aller sur deux à trois promotions par an,pour ce type de public."

Une école financée en partie par l'État, les collectivités locales et les Fonds européens. Cette dernière aide représente 200.000 euros par an, soit 40 % de son budget.

Guillaume Roty, attaché économique à la représentation de la Commission européenne en France

Guillaume Roty, attaché économique à la représentation de la Commission européenne en France, a visité ce jeudi 31 août l'E2C - Radio France
Guillaume Roty, attaché économique à la représentation de la Commission européenne en France, a visité ce jeudi 31 août l'E2C © Radio France - Stéphanie Perenon

L'un de ses représentants était d'ailleurs en visite hier à Chevigny-Saint-Sauveur. Guillaume Roty est attaché économique à la représentation de la Commission européenne en France. Pour lui, cette visite est un "bon moyen de voir que ce projet d'école rend concret le processus d'intégration, cher à l'Union européenne". "Face à la crise migratoire , à laquelle l'Union est confrontée depuis deux ans on a beaucoup parlé, et c'est normal, des migrants et comment on allait les accueillir mais on a peu parlé d'intégration. Alors que l'intégration de ces migrants est l'une des grandes priorités au niveau européen, parce que c'est un devoir mais aussi une opportunité pour les économies européennes. Donc voir un projet concret comme cette école, c'est très important et valorisant car ça rend concret le processus d'intégration."

Chaque année ce sont, tous publics confondus, 140 élèves qui sont accueillis au sein de l'E2C.

Reportage