Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Classe sauvage à l’école du Rouz : la mise au point de l’Inspectrice d’Académie

mardi 3 novembre 2015 à 18:31 Par Annaïg Haute, France Bleu Breizh Izel

Les parents d’élèves de l’école du Rouz de Concarneau ont décidé de monter une « classe sauvage » pour demander la réouverture de la classe fermée à la rentrée. Ils affirment que les effectifs sont stables. L’Inspection académique s’agace de cette initiative et rappelle qu’elle est illégale.

Les parents d'élèves sont déterminés et ne comptent rien lâcher.
Les parents d'élèves sont déterminés et ne comptent rien lâcher. © Maxppp - Frantz bouton

Concarneau, France

Les parents d’élèves de l’école du Rouz ne lâchent pas la pression. Depuis la rentrée, ils multiplient les opérations de communication pour dénoncer la fermeture d’une classe à la rentrée. Ils ont déjà passé une annonce sur le Bon coin pour recruter un enseignant, et des enseignants retraités se relaient leur permettent de faire une classe sauvage depuis ce lundi 2 novembre.

Une présence illégale dans l’école

Une initiative qui n’a pas plu à l’Inspecteur d’académie en charge de la circonscription, qui est sur place. Il a remis des lettres aux différentes personnes qui assurent cette classe sauvage : " Je les alerte sur le côté illégal de leur présence dans l’école ", explique l’inspectrice d’académie Caroline Lombardi-Pasquier. " Ils engagent leur responsabilité puisqu’ils n’ont pas à être dans l’école et à prendre en charge ces enfants. Des enfants, qui à partir du moment où ils ne sont plus dans la classe où ils sont inscrits, ils ne sont plus sous la responsabilité de l’école et de ses enseignants."

Les parents assument cette classe sauvage : "Bien sur que c’est illégal, explique Gilles, un père de famille concarnois, mais on attend qu’une chose, que la situation redevienne légale, en rouvrant la classe. Il suffit de remettre un poste". 

Son seul regret? "On aurait du être plus virulent au mois d’avril quand on nous a dit qu’on risquait de perdre une classe"

Pas de sureffectif, des conditions d’enseignement « tout a fait confortable »

L’Inspection académique dément les chiffres donnés par les parents, qui rappellent que la directrice a inscrit 32 enfants dans cette classe.

Selon la représentante de l’Education Nationale : "Sur les mois de septembre et octobre, cette classe n’est pas en sureffectif. Les matins nous avons constaté un maximum de 26 élèves, et les après-midi 14 élèves. "

Elle précise : "Il n’y aura pas de moyens en plus, les conditions d’enseignement à l’école du Rouz sont tout à fait confortables. "

"Pitoyable" selon les parents d'élèves

Sur cette question des chiffres, le père de famille rappelle simplement que ces chiffres ne tiennent pas compte des enfants qui arriveront au mois de janvier. Pour lui, ces chiffres en baisse par rapport aux inscriptions de septembre sont valables dans d’autres écoles. Il demande que la même procédure soit appliquée aux autres établissements. Il balaie ces arguments d’un revers de manche : "c’est pitoyable".