Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Clermont-Ferrand : les enseignants encore mobilisés contre la réforme Blanquer

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Les enseignants étaient dans la rue encore ce jeudi matin. Ils protestent toujours contre les réformes Blanquer. Ils étaient environ 500 à 600 selon les syndicats. Aussi en grève, les enseignants doivent voter cet après-midi la reconduction de ce mouvement social.

Les enseignants étaient encore bien mobilisés ce jeudi
Les enseignants étaient encore bien mobilisés ce jeudi © Radio France - Mickaël Chailloux

Clermont-Ferrand, France

Ils ont remis le couvert. Après la forte mobilisation de samedi dernier, les enseignants du 1er et du 2nd degré ont manifesté ce jeudi matin, au départ de la place de Jaude. Ensuite, ils ont rejoint le rectorat de l'académie de Clermont-Ferrand. Selon les cinq syndicats qui appelaient à la mobilisation, ils étaient environ 500 à 600 personnels dans les rues. Plusieurs écoles (notamment en maternelle) étaient fermées à Murol, Issoire ou encore Clermont-Ferrand. 

"La casse de l'école de la République"

Dans le cortège, les revendications sont multiples. Avec une convergence autour de la création des EPSF, des "établissements publics locaux d’enseignement de savoirs fondamentaux." Pour Yohan Maury, professeur des écoles à Saint-Nectaire, la crainte est à long terme. "L'année prochaine, on ne passera pas en EPSF. Le recteur nous a rassuré. Mais c'est écrit dans le texte de loi" signale-t-il. "Le ministre dit que ce sera sur la base du volontariat. Nous n'y croyons pas. Dès lors que la hiérarchie inscrit dans la loi, ça devient une obligation."

Des bobards affirme le ministre ? "On sait lire" rétorquent les enseignants  - Radio France
Des bobards affirme le ministre ? "On sait lire" rétorquent les enseignants © Radio France - Mickaël Chailloux

Les enseignants ont aussi réagi aux déclarations du ministre de l'Éducation Nationale, Jean-Michel Blanquer. Sur franceinfo, il affirmait que "la mobilisation des profs s'est basée sur des intoxications de certains." "On le prend très mal" explique Véronique Chartier, directrice de l'école maternelle de Mozac. "Son projet de loi n'est absolument pas précis. Personne n'est capable de nous dire combien il y aura de directeurs concernés." Un autre professeur criait : "c'est la casse de l'école de la République"

Une AG pour continuer la grève 

Les enseignants étaient aussi appelés à la grève. Une Assemblée Générale des grévistes a lieu ce jeudi après-midi à la salle Victor Hugo dans les quartiers Nord de Clermont-Ferrand. Ce jeudi, ils étaient 14,20% à ne pas travailler dans les écoles du Puy-de-Dôme, 5,79% dans les collèges, 1,86% dans les lycées et 5,39% dans les lycées professionnels. Des chiffres légèrement en hausse par rapport aux chiffres nationaux.