Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation DOSSIER : Le pourquoi du comment

Comment les sujets du baccalauréat sont-ils choisis ?

lundi 18 juin 2018 à 4:07 Par Isabelle Rose, France Bleu Auxerre

C'est aujourd’hui le coup d’envoi des épreuves du BAC. Toute la semaine les élèves de terminales vont plancher sur les épreuves écrites avec ce lundi la première épreuve de philosophie. Dans chaque matière, les candidats auront le choix entre plusieurs sujets

Salle d'examen pour le Bac
Salle d'examen pour le Bac © Maxppp -

Yonne, France

Comment les sujets sont-ils choisis ?

En général, ils sont préparés au moins un an à l'avance et matière par matière. Des professeurs, dans chaque discipline, imaginent les futurs sujets. Ensuite, d'autres enseignants, répartis dans toutes les académies testent ces sujets pour vérifier qu'ils correspondent au programme et qu'ils ne sont pas trop faciles ou au contraire trop compliqués. Dernière étape les recteurs de toutes les académies se réunissent, généralement au mois de février pour valider les sujets retenus. En philosophie par exemple, une cinquantaine de sujets sont élaborés pour une même session. Au total, ce sont plus de 2900 sujets qui ont été pensé pour le bac de cette année.

Une fois les sujets déterminés, que se passe-t-il  jusqu'au moment où ils arrivent sur la table du candidat ?

Le parcours des sujets de bac sont très encadrés pour éviter tous risques de fuite avant les épreuves. Les sujets sont d'abord envoyés par mail ultra-sécurisé dans une imprimerie dont le lieu est tenu secret. Les salariés qui travaillent sur les documents d’examens sont même soumis à un accord de confidentialité. Ils ne doivent en parler à personne, pas même à leur famille. En cas de fuite, ils risquent trois mois de prison ferme et 9000 euros d'amende. On ne rigole pas avec la sécurité.

Une fois imprimés, les sujets sont dispatchés par les rectorats dans les lycées. Mais là aussi, tout est classé quasi secret-défense. Impossible de savoir à quel moment et par quel moyen de transport les copies sont acheminés vers les centres d'examens. Seule certitude, arrivés dans l’établissement, ils sont sous la responsabilité du proviseur et stockés en lieu sûr. Ils ne sortent que quelques minutes avant l’épreuve pour rejoindre la table des candidats.

Arrive-t-il, malgré toutes ces précautions, que des sujets soient quand même dévoilés avant l'épreuve ?

Évidemment, le risque zéro n'existe pas mais c'est assez rare. C’est arrivé quand même à Besançon il y a cinq ans. Des candidats au BAC s’installent pour l'épreuve d'économie et au moment de retourner les copies découvrent le sujet de l'épreuve de mathématiques du lendemain.   Heureusement dans des cas comme celui-ci des sujets de secours sont prévus. 

  - Aucun(e)
-