Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Comment vais-je faire ?" : une enseignante auvergnate s'inquiète du protocole sanitaire mis en place

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne
Aigueperse, France

Ce mardi 1er septembre est le jour de la rentrée scolaire. Si elle est attendue impatiemment par les enseignants, elle est aussi redoutée. Le protocole sanitaire du gouvernement est jugé inadapté aux conditions de travail.

Les masques seront obligatoires pour les enfants de plus de 11 ans, ainsi que pour les personnels
Les masques seront obligatoires pour les enfants de plus de 11 ans, ainsi que pour les personnels © Radio France - Jean-François Fernandez

C'est sa 29ème rentrée, mais elle a "le dos fatigué." Emmanuelle est professeure de français dans un collège du Puy-de-Dôme. Pour sa rentrée, elle aurait espéré plus de sérénité et de tranquillité. Elle ne l'a pas ressenti en lisant le protocole sanitaire du gouvernement. 

Dans le document du ministère, il est bien précisé que le masque sera obligatoire dès 11 ans. Tous les adultes devront également porter un masque à l'école, y compris les enseignants de maternelle. La distanciation physique ne sera en effet plus obligatoire quand elle n'est pas matériellement possible, de même que la limitation du brassage entre classes et groupes d'élèves, simplement "recommandée".

Les élèves seront-ils rigoureux dans le port du masque ? 

"Comment vais-je faire" s'exclame Emmanuelle, inquiète à l'idée de faire cours masquée. "Ils sont très difficiles à supporter, surtout lorsqu'on parle fort. Faire un cours, c'est beaucoup d'énergie, même sans masque. Je ne sais pas comment je vais tenir une heure de cours, ou plusieurs qui vont s’enchaîner. J'ai déjà la bouche humide et le visage transpirant. C'est vraiment insupportable" souffle-t-elle. Concernant les photocopies, elle explique qu'elle pourra quand même en donner si c'est vraiment nécessaire. L'enseignante précise néanmoins que son collège a été bien doté puisqu'il y aura du gel hydroalcoolique devant chaque salle de classe. 

D'autant plus que faire respecter l'obligation du port du masque semble compliqué. "Les élèves ne vont pas être très rigoureux dans l'utilisation de leur masque. Ils vont les toucher, les mettre n'importe comment dans leur sac. Nous, on ne pourra pas vérifier ça" s'exclame-t-elle. 

"Le protocole est très contraignant et ne répond pas aux garanties sanitaires" demandées par les personnels selon Nicolas Duquerroy, secrétaire départemental du SNUDI FO 63. Il ne permet pas une école qui se passe normalement selon le syndicat, "ce que le gouvernement aurait dû garantir" estime Nicolas Duquerroy. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess