Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : "Les enseignants sont lâchés dans la nature" selon le SNUIpp-FSU

Le SNUipp-FSU, le syndicat des enseignants du premier degré, en Seine-Maritime déplore l'absence de cadre clair national pour la réouverture des écoles à partir du 12 mai. Il estime que les préconisations sanitaires sont matériellement difficiles à mettre en place.

Salle de classe d'école pendant le confinement
Salle de classe d'école pendant le confinement © Radio France - Noémie Guillotin

Pierre Viot est représentant du SNUipp-FSU, le syndicat des enseignants du premier degré, en Seine-Maritime.

Alors que le 11 mai, les enseignants devront faire une pré-rentrée avant d'accueillir à nouveau des élèves dans les écoles, il estime que toutes les garanties ont loin d'avoir été apportées par rapport à la situation sanitaire liée au coronavirus.

"Je crois que personne n'est réellement prêt, affirme Pierre Viot. Je pense qu'on ne peut pas répondre par l'affirmative à cette question."

Le syndicat des enseignants du premier degré attend d'ici là un cadrage national expliquant ce qu'il faut faire et quelles consignes doivent être appliquées.

"Ce qui est en train de se passer, c'est qu'on demande aux enseignants de formuler des propositions d'organisation à l'intérieur même de leurs écoles. 

D'une commune à l'autre, il va y avoir des mesures complètements différentes. Et à l'intérieur même d'une commune des écoles peuvent avoir une organisation qui varie du tout au tout.

Quand Emmanuel Macron parlait de casser les inégalités sociales, cette absence de cadre ne fait que les accroître."

Les règles sanitaires à mettre en place dans les classes et les écoles (pas plus de 15 par classe, lavage à répétition..) semblent difficiles à mettre en place pour Pierre Viot.

"Ce n'est pas possible matériellement à mettre en place. Les salles de classes ne permettent pas au niveau de la superficie d'accueillir 15 élèves si on respecte à la lettre le protocole sanitaire.

Sur un aspect plus pratique à l'intérieur d'une classe et notamment en fonction de l'âge des élèves, il va être complètement impossible de faire respecter certaines distances avec des enfants en bas âge.

Les salles de classes ne permettent pas au niveau de la superficie d'accueillir 15 élèves  si on respecte à la lettre le protocole sanitaire.

Comment on va faire? Personne ne le sait et personne ne peut l'imaginer. On est vraiment lâché dans la nature. On est seul. On n'est pas épaulé par une hiérarchie qui ne nous dit pas quoi faire mais qui attend qu'on s'organise. Forcément, il y a de l'inquiétude et de l'angoisse chez les collègues."

Si les enseignants sont demandeurs pour retrouver leurs classes, ils n'en restent pas moins inquiets sur les attentes que l'on formule pour les plus jeunes enfants quand aux respects des règles sanitaires.

Il est hors de question que l'on remette cette responsabilité sur les élèves.

Jean Michel Blanquer (le Ministre de l'Education National) avait parlé lui-même de civisme, relève Pierre Viot. Je ne sais pas si on se rend bien compte qu'il demande aux élèves de grandes sections de faire preuve de civisme. Il est hors de question que l'on remette cette responsabilité sur les élèves.

C'est un discours culpabilisateur qui ne sera pas applicable.

Quand je lis qu'il va falloir désinfecter le matériel utilisé par les élèves après chaque utilisation, je m'interroge vraiment sur ce que l'on va renvoyer comme d'image d'eux aux élèves."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu