Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Confinement en Alsace : "On est pas des institutrices", témoigne une mère de famille

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Pas facile de faire la classe à domicile, depuis la fermeture des écoles dans le Haut-Rhin, le 9 mars dernier. Les parents commencent à trouver le temps long, tout comme les enfants. Vivement que ça reprenne, mais dans les meilleures conditions possibles.

Marilyne Strich en plein travail à la maison avec son petit garçon Eïdan
Marilyne Strich en plein travail à la maison avec son petit garçon Eïdan © Radio France - Guillaume Chhum

En cette période de confinement, après deux semaines de "vacances", c'est la reprise des cours à la maison ce lundi 27 avril, pour les élèves. 

Les parents et les enfants doivent se remettre aux devoirs qui sont envoyés tous les jours par les enseignants. Les petits comme les grands commencent à trouver le temps long, d'autant que faire des cours à la maison, ce n'est pas si facile que cela. 

Commencer les multiplications à la maison ce n'est pas facile

Depuis la fermeture des écoles, le 9 mars dernier, dans le Haut-Rhin, les parents qui le peuvent, encadrent leurs enfants pour les devoirs, ils font aussi la classe. "Nous ne sommes par des enseignants," martèlent-ils.

Chez le famille Strich, à Lutterbach, près de Mulhouse, c'est la maman Marilyne qui fait la classe, surtout à son premier enfant Eïdan. Son employeur lui a permis d'arrêter de travailler, pour s'occuper du petit garçon qui est scolarisé en CE1 bilingue. 

Incertitude sur la reprise de l'école 

Les cours sont envoyés par mail par l'institutrice , les parents peuvent échanger avec elle si ils ont des questions. Mais l'école à la maison, ça commence à peser pour Eïdan, tout comme pour sa maman. "Mon fils commence à en avoir marre et il a du mal à enregistrer les nouvelles infos", explique la mère de famille. "Ma tête elle est trop remplie de devoir," renchérit Eïdan. 

Et quand on parle de réouverture des classes début mai, Maryline Strich n'est pas volontaire pour remettre son fils sur le chemin de l'école, pour des raisons de crainte encore du coronavirus. 

En attendant la reprise des cours à l'école en toute sécurité, Marilyne Strich essaye donc d'être la meilleure maîtresse d'école possible à la maison. 

Reportage chez la famille Strich avec l'école à la maison depuis le 9 mars

Choix de la station

À venir dansDanssecondess