Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Confinement : quelle solution pour les élèves sans accès à Internet ?

-
Par , France Bleu Maine

Comment fournir des cours aux élèves dont la famille n'a pas d'accès Internet pendant le confinement ? Plusieurs milliers d'enfants et adolescents sont concernés. La solution proposée par l'Education nationale est encore loin de convaincre.

Pendant le confinement, la plupart des élèves reçoivent cours et devoirs via des outils informatiques.
Pendant le confinement, la plupart des élèves reçoivent cours et devoirs via des outils informatiques. © Radio France - Aurélie Lagain

Les cours sont en ligne depuis le début du confinement  mais de nombreux élèves n'y ont pas accès. L'éducation nationale estime qu'environ 5% des élèves n'ont pas de connexion  à Internet à la maison. "Mais ça varie énormément, souligne Laurent Blancs, co-secrétaire départemental du SNES, le premier syndicat d'enseignants du second degré. Les différences peuvent être importantes suivant les établissements, les catégories socio-professionnelles, les filières. Par exemple le problème concerne davantage l'enseignement professionnel."

Le recteur veut "des points relais"

A la place de l'informatique, le recteur de l'académie de Nantes propose d'utiliser... le papier. Ce qui implique du transport. "Comme l'accès aux établissements scolaires n'entre pas dans les justificatifs de déplacement, écrit-il dans une circulaire, je suggère d'utiliser un commerce autorisé de proximité comme point relais où les familles concernées pourraient retirer et rendre documents, devoirs et livres".

"C'est une injonction contradictoire, estime Laurent Blancs. On nous dit de ne pas sortir, alors s'il faut aller déposer et chercher des cours... et les élèves habitent un peu partout ! C'est un vrai problème logistique, qui semble pour l'instant insurmontable. Ça ne fonctionne pas."

Au moins 5 000 élèves sarthois seraient ainsi coupés de leur école, collège ou lycée. "On peut leur conseiller de bien reprendre ce qu'ils ont vu depuis le début de l'année, poursuit Laurent Blancs. Par rapport à leurs camarades, bien sûr que cela accroit les inégalités. Mais dire que l'on poursuit les cours, qu'il y a 'continuité pédagogique' c'est un bien grand mot. Le rythme n'est pas le même à distance, on ne finira pas le programme !".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess