Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Consultation à l'Université Grenoble Alpes : 76% contre les blocages

mercredi 25 avril 2018 à 18:08 Par Lionel Cariou, France Bleu Isère

L'Université Grenoble Alpes vient de publier les résultats du vote électronique lancé ce mardi matin. Sur près de 10.000 votes électroniques enregistrés, une majorité de 76% se prononce pour le rétablissement de l'accès aux bâtiments.

Le bâtiment de la fac de lettres de Grenoble a été bloqué puis débloqué à plusieurs reprises cette semaine
Le bâtiment de la fac de lettres de Grenoble a été bloqué puis débloqué à plusieurs reprises cette semaine © Radio France - Antonin Kermen

Grenoble, France

La présidence de l'Université Grenoble Alpes (UGA) avait invité les 45 000 étudiants grenoblois ainsi que les enseignants et l'ensemble des personnnels à se prononcer sur les blocages. 

Près de 10 000 votants sur 50 000 étudiants et personnels

Cette consultation par voie électronique, jugée illégitime par les opposants qui bloquent certains bâtiments, s'achevait ce mercredi à 17 heures. Près de 10 000 personnes ont répondu à cette question : "Êtes-vous favorable à la liberté d’accès aux bâtiments des étudiants et des personnels permettant notamment la mise en œuvre des examens dans des conditions normales à l’Université Grenoble Alpes ?"

Les étudiants et personnels de l'Université Grenoble-Alpes ont tous reçu une invitation au vote par e-mail. © Radio France - Capture d'écran - Radio France
Les étudiants et personnels de l'Université Grenoble-Alpes ont tous reçu une invitation au vote par e-mail. © Radio France - Capture d'écran © Radio France -

Une large majorité (72%) se dit donc favorable au rétablissement de l'accès aux bâtiments. 13% ont voté "non" et 10% ne se sont pas prononcés selon les chiffres communiqués par l'UGA.  Des chiffres commentés et salués par le président de l'université : 

C'est un bon résultat, moi j'en tire une conclusion a réagi Patrick Lévy : quelque soit l'importante des débats et ils sont importants, il faut les mener avec sérénité, avec démocratie, dans l'écoute de l'autre et le blocage n'est pas une méthode que l'on peut accepter. 

Le président de l'UGA se dit satisfait de la participation (9 819 votants) d'autant que le système a selon lui été victime d'une attaque informatique ce mardi après-midi. Patrick Lévy souhaite à présent rencontrer au plus vite, dès ce jeudi, les syndicats étudiants pour discuter de la mise en oeuvre de la réforme. Il précise que ce mercredi soir, aucun bâtiment n'est bloqué à l'exception du centre des langues vivantes. Ce lieu a été "concédé" aux opposants afin qu'ils puissent se réunir.

400 étudiants dans les rues de Grenoble

Toujours ce mercredi, dans la matinée, 400 personnes ont défilé de la gare de Grenoble à la Préfecture de l'Isère, place de Verdun. Les étudiants entendaient porter leur message au-delà du campus de Saint-Martin-d'Hères. 

Une manifestation sous le soleil entre la gare de Grenoble et la Préfecture - Radio France
Une manifestation sous le soleil entre la gare de Grenoble et la Préfecture © Radio France - Lionel Cariou

Les slogans portaient sur la réforme de l'accès à l'université et le refus de la sélection des étudiants. Les manifestants dénonçaient aussi la répression policière après notamment l'évacuation de la fac de Tolbiac à Paris. La manifestation s'est dispersée dans le calme après avoir fait la jonction avec un autre rassemblement qui se tenait place de Verdun : celui des militants de la CGT venus soutenir les travailleurs sans-papiers.