Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Contestation étudiante : sept membres du personnel universitaire agressés à Nantes

vendredi 18 mai 2018 à 20:41 Par Martial Cure, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Le président de l'université de Nantes, Olivier Laboux a réagi vendredi après l'agression de sept membres du personnel administratif, par des étudiants et des enseignants sur le campus. Il annonce qu'il va poursuivre les auteurs et dénonce une violence inqualifiable et inexplicable.

Le président de l'université de Nantes, Olivier Laboux
Le président de l'université de Nantes, Olivier Laboux © Radio France - Paul Sertillanges

Nantes, France

Les épreuves organisées depuis le début de la semaine par l'université de Nantes, en Lettres et Sciences Humaines sont quotidiennement perturbées malgré la présence de forces de l'ordre devant les lieux d'examens. Des étudiants opposés à la loi ORE multiplient les actions pour empêcher le déroulement des épreuves. Après les manifestations bruyantes aux abords et à l'intérieur même des salles d'examens et les insultes proférés aux personnels et aux forces de l'ordre, la tension est encore montée d'un cran vendredi matin. Quelques dizaines de perturbateurs, "des étudiants mais aussi des enseignants", ont poursuivi des personnels administratifs sur le campus : "Ces personnels ont été insultés, harcelés, encerclés, menacés, entravés, bousculés physiquement. Ces personnels sont extrêmement choqués, ils vont avoir des arrêts de travail et ils ont porté plainte. Une cellule psychologique a été mise en place, et je suis déterminé à poursuivre les auteurs de cette agression" précise le président de l'université de Nantes Olivier Laboux. 

On dépasse complètement les bornes aujourd'hui. cette violence est inqualifiable. Olivier Laboux, président de l'université de Nantes

La semaine prochaine, tous les examens et évaluations en sciences humaines et sociales se feront à distance, et plus dans des salles dédiées. Une décision justifiée par Olivier Laboux : "C'est le meilleur garant de l'équité et de la sécurité. Nous avons tout tenté, nous avons délocalisé, nous avons sécurisé, fait en sorte que les conditions soient les meilleures, et là nous arrivons à une situation où des bloqueurs irresponsables font que des causes, et chacun a le droit de penser ce qu'il veut d'une loi, ne seront pas bien défendues. Nous connaissons des violences depuis plusieurs mois, mais là nous avons passé un cap inexplicable. On ne peut pas avoir dans notre communauté universitaire ce type de comportements."