Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus - Ecoles : "2 mois d'apprentissage valent-ils un risque de contamination ?" s'interroge la FCPE 33

-
Par , France Bleu Gironde

Les écoles de Gironde vont rouvrir leurs portes à partir du 11 mai, avec le début du déconfinement. Cette rentrée pose certaines questions sur sa nécessité ou encore sur l'organisation. Stéphanie Anfray, la présidente de la FCPE 33, répond à 3 questions sur le sujet.

Stéphanie Anfray parle de la rentrée scolaire du 11 mai 2020.
Stéphanie Anfray parle de la rentrée scolaire du 11 mai 2020. © Maxppp - François Vignola

France Bleu Gironde : Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Éducation nationale a annoncé une rentrée fractionnée sur trois semaines. La première semaine il n'y aura que les élèves de grande section, CP et CM2  qui entreront en classe. Trouvez-vous que c'est une bonne solution ? 

Stéphanie Anfray : C'est un problème plus vaste qu'un simple fractionnement de la rentrée. Il faut parler des transports scolaires, de l'accueil périscolaire, des internats. Nous somme dans une situation exceptionnelle. Il faut garantir à tous les niveaux la sécurité sanitaire des élèves. Pour le moment ces questions n'ont pas été abordées. Il faut que les concertations, les discussions se poursuivent sur ces sujets. 

Justement vous pensez que la sécurité sanitaire peut être assurée dans des classes de 15 élèves maximum, comme l'a annoncé le ministre ?  

La réalité du terrain, montre que ça va être très compliqué d'imposer aux enfants, surtout aux plus jeunes, la distanciation sociale et l'application des gestes barrières. Pour preuve les élèves vont se côtoyer dans les couloirs ou encore dans la cour de récréation. Il y a aussi la nécessité de plus de moyens ! Beaucoup d'établissements se posent la question de l'accès au savon, la quantité... La vraie question est : est-ce que deux mois d'apprentissage valent un risque de contamination ? 

Vous pensez que cette rentrée pourrait perturber les élèves et ne serait donc pas efficace ? 

Le déconfinement doit être préparé en amont avec les enfants et les adolescents. Le ministre dit simplement que rien ne sera comme avant, mais ce n'est pas assez concret. Il faut leur expliquer comment va se passer leur scolarité dans des établissements qui vont tourner au ralenti à cause du COVID-19. Il faut, aussi, savoir comment les jeunes ont vécu cette période de confinement et les accompagner en fonction. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess