Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : 60% des étudiants de trois grandes écoles de Rennes en détresse psychologique

-
Par , France Bleu Armorique

Selon une étude menée par des chercheurs à l'issue du second confinement à Rennes, 6 étudiants sur 10 de trois grandes écoles de la ville présentaient des signes de détresse psychologique en décembre 2020.

L'épicerie gratuite sur le campus de Villejean à Rennes très fréquentée par les étudiants
L'épicerie gratuite sur le campus de Villejean à Rennes très fréquentée par les étudiants © Radio France - Loïck Guellec

Six étudiants sur dix de 3 grandes écoles rennaises présentaient des signes de détresse psychologique à l'issue du second confinement. Plus d'un sur 2 a souffert de solitude. C'est ce qui ressort d'une enquête menée auprès de 784 étudiants de l'EHESP (l'Ecole des hautes études en santé publique), de Rennes School of Business et de Sciences Po dans le cadre d'une enquête épidémiologique sur les facteurs de risque et les comportements des étudiants de Rennes face à l'épidémie du Covid-19 (Etude COVER).  Cette étude a été réalisée par un groupe de chercheurs de l'EHESP, de l'Institut Pasteur et de Santé Publique France.

Les femmes plus à risque

Les femmes étaient plus à risque que les hommes de présenter une détresse psychologique et des symptômes d'anxiété. Ce risque augmenterait également chez les étudiants présentant des difficultés financières, bénéficiant d'un faible soutien social ou se déclarant en mauvaise santé. "Ces résultats invitent à réestimer les risques et les bénéfices des mesures impactant la vie des étudiants" estiment les chercheurs cités par l'AFP. "_Sans remettre en cause le bien fondé de la lutte contre la propagation viral_e", les chercheurs prônent "une stratégie de prévention des risques psychologiques, en particulier dans la population étudiante, comme la mise en place de plate-formes d'écoutes ou de soutien entre pairs".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess