Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus à l'école : "nos dispositifs permettent la continuité pédagogique" dit la rectrice en Limousin

-
Par , , France Bleu Limousin

Deux semaines après la rentrée pour l'année scolaire 2020-2021, la rectrice de l'académie de Limoges était l'invitée de France Bleu Limousin ce mardi. Classes fermées, remplacement des enseignants, problème de garde des enfants, adaptation de l'Éducation Nationale, etc. : les réponses d'Anne Laude.

Anne Laude, rectrice de l'académie de Limoges, était l'invitée de France Bleu Limousin ce mardi
Anne Laude, rectrice de l'académie de Limoges, était l'invitée de France Bleu Limousin ce mardi © Radio France - Françoise Pain

Deux semaines, jour pour jour, après la rentrée pour l'année scolaire 2020-2021, la rectrice de l'académie de Limoges était l'invitée de France Bleu Limousin ce mardi à 8h15. Les conséquences de la crise sanitaire avec des cas de coronavirus dans les établissements, les conséquences pour les parents, l'adaptation de l'Education Nationale et l'impact sur l'apprentissage ont été évoqués.

15 classes fermées à ce jour

Depuis la rentrée, plusieurs classes ont connu et connaissent toujours des fermetures. "A ce jour, 15 classes sont fermées dans l'académie, en Haute-Vienne et en Corrèze" indique Anne Laude, "évidemment l'évolution va à la hausse avec les nouveaux cas, ou à la baisse dans les classes concernées après la fin du délais d'isolement" passé à sept jours depuis les dernières annonces du Premier ministre.

Alors que les cas se font plus nombreux, la préfète de Corrèze impose, depuis ce mardi, le port du masque aux alentours des collèges et lycées de Brive. Une fragilité particulière est-elle constatée ? "Cette mesure est prise car, dans la commune de Brive, il y a un collège et un lycée dans lesquels il y a des classes fermées" poursuit la rectice.

La fermeture de classe n'est pas systématique

Cela pose inévitablement des problèmes aux parents, pour la garde des élèves concernés par des fermetures de classe. "Je comprends cette difficulté d'organisation" reprend Anne Laude, "c'est d'ailleurs pour cette raison que la fermeture de classe n'est pas systématique. Elle fait l'objet d'une étude approfondie entre l'Agence Régionale de Santé, la Préfecture et l'Éducation Nationale".

La rectrice souligne aussi que "des mesures ont été prises pour les salariés, aussi bien pour le secteur privé que pour le secteur public. Pour nos agents, et notamment nos enseignants, qui auraient un de leurs enfants qui devrait rester à la maison, _des dispositions sont applicables_. Soit l’enseignant peut faire de la continuité pédagogique de chez lui, soit il peut être en autorisation spéciale d'absence".

Nos dispositifs permettent la continuité pédagogique à distance

Quelle continuité pédagogique quand une classe est fermée et que l'enseignant et les élèves sont à la maison ? "On met en place des dispositifs de continuité pédagogique" réponde Anne Laude. "Depuis ce qu'on a connu avant l'été, on a travaillé à la formation de nos enseignants à l'hybridation. Par ailleurs, on a mis en ligne un certain nombre de cours, très conséquents. Nos dispositifs permettent ainsi la continuité pédagogique à distance".

La question du remplacement des enseignants touchés par le coronavirus

Alors que certains enseignants sont eux mêmes touchés par le coronavirus, l'Education Nation peut-elle faire face ? Dispose-t-elle, en Limousin, de suffisamment de remplaçants pour faire face aux besoins éventuels ? "C'est une question importante. Dans l'académie, il faut noter que, dans le premier degré, on a 740 élèves de moins. Ce qui veut dire qu'on a, à peu près, 50 enseignants de plus par rapport à l’an passé au regard de cette baisse d'effectif. On est donc dans _une situation plus favorable que lors d'une année normale_. Mais, il est vrai qu'il nous faut être particulièrement vigilant. A la fois pour remplacer rapidement nos enseignants, mais aussi pour mettre en place la continuité pédagogique dans un certain nombre d'hypothèses".

On verra les résultats des tests

La question des élèves décrocheurs a enfin été abordée, car nombre d'élèves ont disparu des radars durant le confinement, faute d'équipements individuels pour suivre les cours. Des retards chez certains élèves sont-ils constatés par les enseignants depuis la rentrée ? "Depuis ce lundi, il y a des tests pour les CP-CE1, 6e et 2nde. On verra quels sont les résultats de ces tests. Par ailleurs, dans les visites que j'ai faites, c’est hétérogène mais les enseignants ne semblent pas alarmistes par rapport au niveau des élèves. Cet été, nous avons mis en place le dispositif 'vacances apprenantes' et suivi des élèves lors des vacances de Pâques et d'été. On a des accompagnements personnalisés pour les élèves, on se donne donc les moyens de pouvoir faire en sorte qu'ils aient le niveau adéquat par rapport à leur niveau d'étude".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess