Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : "ça m'angoisse de ne pas pouvoir aider suffisamment mon enfant", témoignages de parents d'élèves

-
Par , France Bleu Auxerre

Problèmes de connexion, trop ou pas assez de devoirs, incompréhension... À cause du confinement, l'école à la maison, qui dure maintenant depuis dix jours, est difficile pour de nombreux parents. Témoignages dans l'Yonne.

L'école à la maison est devenue le quotidien de très nombreux parents devant concilier télétravail et école.
L'école à la maison est devenue le quotidien de très nombreux parents devant concilier télétravail et école. © Maxppp - Laurent Theillet

Depuis la fermeture des établissements scolaires pour éviter la propagation du coronavirus le quotidien de nombreux parents est le télétravail et l'école à la maison. Deux activités difficiles à concilier. 

L'angoisse des parents et élèves qui passent le brevet et le bac

Aurore habite Beaumont, dans l'Yonne, elle a deux enfants : une fille en 3ème qui passe le brevet à la fin de l'année scolaire et un fils en classe de Terminale qui doit passer le baccalauréat. Techniquement c'est déjà compliqué avec le manque de matériel : _"_on a qu'un ordinateur pour deux. Ils sont obligés de se partager l'ordinateur pour aller sur le site l’Eclat-bfa pour récupérer les devoirs et les envoyer aux enseignants. Mais il y a de nombreux bugs, des problèmes de connexion. Je pense que ce site n'est pas prévu pour recevoir autant de visites. Ma fille a rendu des devoirs en retard car elle n'a pas pu se connecter au site. Les enseignants sont compréhensifs, certes, mais ça ajoute du stress aux enfants. J'ai une fille qui aime bien faire les choses et travailler dans des conditions comme ça lui ajoute du stress." 

La mère de famille icaunaise parvient à aider sa fille en 3ème mais c'est plus difficile pour son aine en classe de Terminale : "c'est plus compliqué pour moi d'aider mon fils en classe de Terminale. Moi, j'ai arrêté l'école en 3ème, donc le lycée je ne connais pas. J'essaie de l'aider au mieux, mais ce n'est pas facile. C'est angoissant pour nous aussi parent. S'ils n'ont pas leurs examens, on va se poser obligatoirement la question : est-ce que c'est parce qu'on ne les aura pas assez aidé ? Suffisamment bien accompagné ? Donc on se pose aussi beaucoup de questions." 

Pour Delphine, mère d'un élève en 3ème, l'organisation est la clé : "On a prévu une pièce spéciale pour lui dans la maison où il peut s'isoler et travailler. Comme ça, il peut aussi s'éloigner de toute tentation comme la console de jeu. Et Florent s'est fait un emploi du temps bien précis avec des pauses aussi pour essayer de maintenir un rythme similaire à celui de l'école, même s'il commence à travailler un peu plus tard que d'habitude, vers 9h ou 9h30." 

Delphine reste vigilante : "on surveille les devoirs, les mails des professeurs et puis on passe à l'improviste aussi dans la pièce pour bien surveiller qu'il travaille et qu'il n'est pas sur son téléphone, car à 15 ans... la tentation est forte." 

Dans les quartiers défavorisés, c'est encore plus difficile

Dans le quartier des Champs-Plaisants, à Sens, dans le nord de l'Yonne, de nombreux parents sont désemparés. Habituellement, l'association "Atlas" aide aux devoirs les enfants de ce quartier. Plusieurs dizaines d'enfants, en élémentaire et au collège, viennent habituellement tous les soirs à l'association. Mais elle a dû fermer ses locaux et l'association cherche des solutions pour poursuivre son activité à distance, notamment de l'aide personnalisée pour les familles qui le demandent.

Des familles n'ont pas d'ordinateurs ou des imprimantes pour imprimer les devoirs envoyés par les enseignants. "Nous avons prêté des ordinateurs, explique Michel Gras, trésorier de l'association Atlas. "Certains parents ne maîtrisent pas suffisamment la langue française pour aider au mieux leurs enfants. Ces parents culpabilisent et s'inquiètent pour l'avenir de leurs enfants. Mais il faut relativiser, le plus important est de préserver la santé des enfants et des familles. Il faut déjà qu'on se sorte tous de cette période et ça sera un lointain souvenir."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu