Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : "Ça se durcit partout, sauf dans les écoles"

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Le syndicat enseignant FSU en Moselle ne comprend pas l'assouplissement des mesures sanitaires dans les écoles alors même que le coronavirus circule toujours activement et que plusieurs départements renforcent les restrictions.

Le protocole sanitaire est allégé à partir d'aujourd'hui dans les écoles primaires et élémentaires
Le protocole sanitaire est allégé à partir d'aujourd'hui dans les écoles primaires et élémentaires © Radio France - Guillemette Franquet

Un nouveau protocole sanitaire entre en vigueur ce mardi dans les écoles primaires et maternelle. Les règles s'assouplissent avec une mesure principale : la fin de la règle qui voulait que si un élève était testé positif, la fermeture de la classe était automatique. Désormais, le renvoi à la maison pourra se décider à partir de trois cas de fratries différentes. Le gouvernement s'appuie pour cela sur le dernier avis du Haut conseil de la santé publique, selon lequel les enfants sont peu contagieux entre eux, le risque de transmission existant surtout d'adulte à enfant. 

A contre-courant ? 

Malgré cela, Eric Zolver, secrétaire départemental du syndicat enseignant FSU en Moselle a du mal à s'expliquer les nouvelles consignes, alors le virus circule toujours activement et que plusieurs départements renforcent les restrictions.  

"Ça se durcit partout, sauf dans les écoles" constate l'enseignant qui a le sentiment "qu'on prend moins de précautions pour le personnel et les élèves. On perd ce caractère protecteur, au bénéfice certes de classes ouvertes."   

Une fois on nous dit ça, le lendemain on nous dit ça. On ne sait plus quoi penser...

Eric Zolver admet que le remplacement des enseignants obligés de rester chez eux est assuré depuis la rentrée en Moselle mais pointe les masques en tissu distribués par l'Education Nationale, pas assez protecteurs par rapport à des masques chirurgicaux. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess