Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus - confinement : FO demande le report des décisions concernant la carte scolaire des Landes

-
Par , France Bleu Gascogne

L’Inspection académique doit se réunir fin mars pour décider de la carte scolaire, c’est-à-dire les ouvertures et fermetures de classes pour la prochaine rentrée. Mais dans le contexte sanitaire actuel, le syndicat Force ouvrière demande le report des décisions.

Force ouvrière demande le report des décisions concernant la carte scolaire des Landes. (photo d'illustration)
Force ouvrière demande le report des décisions concernant la carte scolaire des Landes. (photo d'illustration) © Radio France - Philippe Paupert

Comme chaque année, l’Inspection académique doit se réunir fin mars pour décider de la carte scolaire, c’est-à-dire les ouvertures et fermetures de classes pour la prochaine rentrée. Dans les Landes, l’inspection académique prévoirait 25 fermetures de classes pour seulement 2 ouvertures, selon le syndicat Force ouvrière. 

Mais dans le contexte de l'épidémie de Covid-19, FO demande le report de cette réunion, prévue le 31 mars. Selon Isabelle Benquet, secrétaire départementale du Snudi-FO, les conditions actuelles ne permettent pas un débat serein : "Nous considérons que les conditions ne sont pas favorables à l'instauration d'un débat. Les réunions par visioconférence rendent très difficiles nos interventions spontanées. Donc les échanges et les débats vont être assez compliqués"

"La préoccupation à l'heure actuelle, c'est la santé des collègues et des élèves"

Autre raison, selon Isabelle Benquet : "Les mairies sont actuellement fermées, donc les familles ne peuvent pas inscrire leurs enfants à l'école. Il nous manque une partie des informations. Comment débattre d'une ouverture ou d'une fermeture dans ce contexte ? Pour nous, c'est impossible".

Enfin, Isabelle Benquet ajoute que pour les enseignants, l'heure n'est pas à ce genre de débat : "En ce moment, la préoccupation des collègues n'est pas de savoir si leur poste va fermer ou ouvrir dans l'école où ils exercent. La préoccupation principale à l'heure actuelle, c'est la santé des collègues et des élèves".

De son côté, l'Inspection académique rappelle que le calendrier sera bien maintenu tel qu'il est. Pour Serge Tauziet, son directeur de cabinet, un report pourrait entraîner "un embouteillage dans l'organisation de la rentrée prochaine". "Tout est fait pour que les échanges se fassent, même à distance, précise-t-il. Sinon, on va se retrouver avec des délais impossibles à tenir."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu