Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : le protocole sanitaire renforcé entre en vigueur ce lundi matin dans les lycées

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Alors que plusieurs syndicats appellent à la grève le 10 novembre pour dénoncer le protocole sanitaire qu'ils jugent insuffisant, le ministre Jean-Michel Blanquer de l'Education nationale a annoncé ce jeudi que les lycéens pourront désormais suivre la moitié des cours à distance.

Le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer, le 3 novembre 2020 à l'Assemblée nationale.
Le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer, le 3 novembre 2020 à l'Assemblée nationale. © Maxppp - Thomas Padilla

Une "grève sanitaire le 10 novembre". La menace brandie par plusieurs syndicats du primaire et secondaire a semble-t-il poussé le ministre de l'Éducation nationale à revoir sa position. Le protocole sanitaire dans les lycées va être renforcé à compter de ce lundi, en autorisant davantage de cours à distance, à condition de conserver au moins 50% d'enseignement en présentiel pour chaque élève annonçait Jean-Michel Blanquer jeudi soir.

L'accueil en demi-groupes possible

"Il importe que chaque élève soit présent en cours au moins la moitié du temps scolaire", a-t-il écrit aux chefs d'établissement et professeurs dans un courrier dont l'AFP a obtenu copie. Le reste du temps, chaque établissement peut mettre en place un "accueil en demi-groupes", "par niveau" ou "le travail à distance un ou deux jours par semaine", ajoute-t-il.

Depuis la rentrée le 2 novembre, des élèves ont manifesté un peu partout en France devant leurs établissements pour dénoncer ce protocole sanitaire jugé insuffisant, avec des classes surchargées et un manque de distanciation.

Les épreuves d'évaluation communes annulées

Par ailleurs, les épreuves d'évaluation communes de Première et Terminale sont annulées au profit du contrôle continu en raison de la crise sanitaire. 

Les épreuves terminales sur les enseignement de spécialité, prévues en mars prochain, seront, elles, maintenues mais leurs modalités "adaptées" pour tenir compte du contexte : toutes les disciplines concernées proposeront deux sujets ou des exercices au choix afin de couvrir l'ensemble des thématiques étudiées, a-t-il été notamment décidé.

Appel à la grève maintenu le 10 novembre

Sophie Venetitay secrétaire générale adjointe du SNES-FSU a indiqué à franceinfo qu'en dépit de ces annonces, l'appel à la grève sanitaire le 10 novembre était maintenu, "notamment pour les établissements où les conditions sanitaires ne seraient toujours pas réunies, je pense notamment aux collèges", a-t-elle précisé.

"Le collège est encore oublié, il n'y a rien sur le collège. On maintient donc l'appel à la grève pour mardi [10 novembre] notamment pour les établissements où les conditions sanitaires ne seraient toujours pas réunies en dépit des annonces du ministre" car "au collège il me semble qu'il faut aussi basculer sur un fonctionnement en demi-groupe", parce que "dans les collèges il y a aussi des classes de 28 à 30 élèves. Un collège ça peut être 600 à 800 élèves qui se croisent dans les couloirs, et 400 à 500 élèves qui peuvent se croiser à la cantine, il faut donc des mesures fortes et claires sur les effectifs au collège", a plaidé Sophie Venetitay.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess