Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : l'école à la maison, "ça se passe plutôt bien" témoigne Eléna, 9 ans

Depuis le 16 mars, les écoles sont fermées et les élèves travaillent à la maison. Les enseignants assurent la continuité pédagogique à distance. Après quelques jours de balbutiements et d'encombrement des réseaux, chacun semble avoir trouvé son rythme. Illustrations en Normandie.

Eléna, 9 ans, fait ses devoirs avec ses parents à la maison, à Cherbourg.
Eléna, 9 ans, fait ses devoirs avec ses parents à la maison, à Cherbourg. - Stéphanie Ravain

Eléna a 9 ans. Elle est élève de CM1 à Cherbourg et depuis le 16 mars, confinée chez elle, elle fait ses devoirs à la maison avec ses parents. Le matin "c'est le français avec maman parce qu'elle comprend pas très bien les maths", l'après-midi avec papa "parce qu'il comprend pas très bien le français, comme mon papy" explique la petite fille. Eléna adore l'école et même si sa meilleure copine lui manque, elle trouve que l'école à la maison "ça se passe plutôt bien". Le rythme est moins soutenu mais elle respecte son programme, témoigne sa maman Stéphanie. "On travaille, mais dans la bonne humeur". Chez Stéphanie, on ne se met pas la pression. "On travaille même parfois en pyjama" raconte cette mère de famille. Et on n'oublie pas la récré. 

Travailler en pyjama, c'est sympa ! - Stéphanie, mère de famille

La maîtresse d'Eléna envoie un programme tous les jours, que la famille essaie de respecter. Car de l'autre côté de l'écran, les enseignants, eux aussi, ont dû s'adapter pour assurer la continuité pédagogique. C'est le cas de Céline, professeur de français en collège, à Bihorel près de Rouen. Avec quatre classes à gérer, soit quelques 150 élèves, elle a dû adapter ses cours, et d'abord apprivoiser les outils informatiques. Pas simple au début mais elle a trouvé son rythme, comme ses élèves. "Je suis très admirative de l'engagement des élèves dans le travail. Ils jouent le jeu avec sérieux et rigueur, vraiment je suis épatée !" confie l'enseignante. Elle l'avoue, elle en a perdu en route, mais dès cette semaine, les enseignants sont chargés d'appeler leurs élèves pour tenter de raccrocher ceux qui ont lâché. 

Des relations différentes avec les enseignants

A Caen, Anne gère l'organisation d'une maisonnée de 4 enfants. Les trois aînés sont plutôt autonomes. Elle accompagne surtout la petite dernière, élève de CM2. Pour elle aussi, l'école à distance se passe plutôt bien. Elle y voit même une vertu inattendue. L'expérience a instauré un rapport différents avec les professeurs et "c'est assez sympa" explique Anne. Plus de proximité "je ne dirais pas amicale, mais humaine quoi" conclut la jeune femme. 

C'est ce que confirme Céline. L'enseignante a reçu des messages de ses élèves qui lui demandent si tout va bien chez elle. Une expérience qui sera positive en tout cas, espère chacun, à condition qu'elle ne dure pas trop longtemps.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu