Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : L’enseignement à distance cherche sa vitesse de croisière

Ce lundi marque le début de la deuxième semaine de l’enseignement à distance imposé par le Coronavirus. Les enseignants s’adaptent avec des méthodes différentes selon les matières et les niveaux. Certains s'inquiètent de ne plus avoir de nouvelles des élèves en difficulté.

Travail à domicile pour près de 650 000 élèves normands, de la maternelle à l'Université
Travail à domicile pour près de 650 000 élèves normands, de la maternelle à l'Université © Radio France - Didier Charpin

Tous les enseignants se souviennent de ce 13 mars, au lendemain de l’annonce d’Emmanuel Macron, prononcant la fermeture des établissements scolaires pour lutter contre l’épidémie de Coronavirus. Il ne leur restait plus qu’une journée de cours pour préparer le grand saut vers l’enseignement à distance. “Les photocopieuses ont chauffé” sourient certains quand d’autres se sont constitués en urgence des fichiers avec des adresses mails de parents et d’élèves. Premier bilan au moment d'entamer la deuxième semaine pour les 650 000 élèves concernés dans l'Académie et l'Université de Caen.

Le collège de Verson (Calvados) fermé comme tous les établissements scolaires
Le collège de Verson (Calvados) fermé comme tous les établissements scolaires © Radio France - Didier Charpin

Un bug d’entrée 

Le constat est unanime : la première journée a été chaotique. Les plateformes numériques, en particulier les ENT, n’ont pas supporté les multiples tentatives de connexions. Une semaine plus tard ça va (un peu) mieux constate Michèle Pers, professeur au collège de Ouistreham. “C’est de plus en plus fluide, surtout si on se connecte tôt le matin, le midi ou le soir. Sinon le serveur Pronote fonctionne bien”. Plusieurs établissements scolaires ont adressé dans la semaine des messages aux familles pour les inviter à se connecter en utilisant les codes parents sur Pronote, ce qui permet d’accéder aux devoirs et d’échanger avec les enseignants. En attendant (toujours selon les documents envoyés par les établissements scolaires) que la Région, qui administre le serveur des ENT, parviennent à adapter ses capacités. Le rectorat travaille pour gommer les soucis d'accès aux plateformes et aux environnements numériques scolaires.

Un prof - une méthode 

L'Académie de Caen compte près de 44 000 enseignants. Et beaucoup ont imaginé leur propre méthode en fonction des disciplines et des niveaux (primaire ou secondaire). Et surtout de la capacité des parents à jouer les relais. Si des matières comme le français, les maths, l’histoire-géo voire l’anglais sont plutôt abordables pour les familles, les deuxièmes langues vivantes posent par exemple plus de problèmes. “Une langue il faut la pratiquer et la comprendre” reconnaît François Thomine, professeur d’allemand au collège de Domfront. “J’envoie des vidéos à mes élèves. Je leur demande aussi de s’enregistrer et de m’envoyer les audios” précise l’enseignant, également professeur principal d’une classe de troisième avec en ligne de mire le brevet des collèges. 

Certains enseignants ont carrément choisi de faire leurs cours en vidéo, pour ne pas perdre le lien avec leurs élèves. Une forme de classe à distance testée par exemple par Emmanuelle Dutu, prof d'anglais au collège Pasteur à Caen. Ci-dessous reportage audio de Nolwenn Le Jeune qui a observé et écouté un cours pour des élèves de 5e.

Une "classe à distance" testée par une prof d'anglais à Caen. Reportage Nolwenn Le Jeune

Louison (élève en 5eme A au collège pasteur à Caen) en plein cours d’anglais avec Emmanuelle Dutu
Louison (élève en 5eme A au collège pasteur à Caen) en plein cours d’anglais avec Emmanuelle Dutu © Radio France - Nolwenn Le Jeune

Autre contrainte : il faut trouver le moyen de remplacer les explications données dans les salles de classes. “Je passe beaucoup de temps sur Internet pour trouver des liens vers des sites explicatifs de leçons et d'exercices” confie Emilie, institutrice dans l’agglomération caennaise. Un travail de recherche qui s’ajoute aux messages directement échangés avec les familles avec les aiguiller au cas par cas. “C’est vrai qu’on demande aux parents de jouer les instits mais pour l’instant ça se passe bien” observe l’enseignante, également en lien avec de nombreux collègues pour échanger des idées. L’ensemble du corps enseignant s’est retrouvé propulsé vers une expérimentation grandeur nature sans préparation.  

Le risque d’une (plus) grande fracture au sein des classes 

Je passe entre deux et quatre heures par jour pour ce travail” confie Tom, élève de sixième à Verson. Comme d’autres il a peiné à se connecter le premier jour avant de trouver une solution intermédiaire grâce à l’application Pronote, indépendante du serveur ENT. Ce collégien estime que ses cours et exercices sont à jour mais, selon la plupart des professeurs, cette période va accroître les écarts de niveaux entre les élèves. “J’ai surtout des retours des bons élèves ! Mais peu de nouvelles de certains qui étaient déjà en difficulté. L’un d’entre-eux ne s’est même pas encore connecté” s’inquiète Corinne Lefoulon, professeur de mathématiques à Percy. Elle va contacter les familles dès ce début de deuxième semaine de cours à distance. “Sinon je n’ose même pas imaginer le retard de certains lorsque nous retournerons dans les classes”. Cet enseignement à distance réclame investissement du corps enseignant mais aussi discipline et autonomie des élèves. Avec le risque de décrochage scolaire pour ceux qui ne peuvent (veulent) pas s'y adapter.  

ÉCOUTER : Reportage 2 minutes sur le premier bilan d'une semaine d'enseignement à distance

Reportage "bilan d'une première semaine de cours à distance"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu