Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : l'Yonne, mauvaise élève des tests salivaires à l'école

-
Par , , France Bleu Auxerre

Deux mois après le début de la campagne de tests salivaires de dépistage du coronavirus dans les écoles, seuls 8% des écoliers de l'Yonne ont pu en bénéficier. Le directeur académique s'en satisfait, les syndicats enseignants dénoncent eux le manque de moyens pour mener cette campagne de dépistage.

Depuis le mois de mars, seuls 8% des écoliers de l'Yonne ont bénéficié d'un test salivaire. ( photo d'illustration)
Depuis le mois de mars, seuls 8% des écoliers de l'Yonne ont bénéficié d'un test salivaire. ( photo d'illustration) © Radio France - Christine Wurtz

Depuis deux mois les tests salivaires ont commencé à être pratiqués dans les écoles.  Si, dans l'Yonne, 80% des parents ont donné leur accord, reste que notre département n'est pas un bon élève puisque leur déploiement est assez lent. 

2500 des 30 000 écoliers de l'Yonne ont été testés

Depuis le mois de mars, seuls 8% des écoliers icaunais ont été testés soit 2500 élèves sur les 30 000 que compte notre département. Vincent Aubert, le directeur académique des services de l'Education Nationale dans l'Yonne souligne qu'il y a une montée en puissance effective et réelle tout en concédant que l' "on peut toujours faire mieux". Vincent Aubert souligne aussi les résultats de cette campagne. Sur les 2500 tests réalisés, seuls 11 se sont avérés positifs. Un pourcentage faible, mais qui permet de remonter et casser des chaînes de contamination selon le directeur académique. 

Des moyens insuffisants selon les syndicats enseignants

Les syndicats enseignants en revanche ne se satisfont pas de ces chiffres. Ils dénoncent le manque de moyens mis en oeuvre pour mener cette campagne de dépistage. " Le déploiement de ces tests reste très parcellaire, avec notamment un déploiement dans le bassin du Sénonais qui ne s'est mis en place qu'après les vacances de printemps" explique Yohann Gout, représentant du syndicat SNUIPP.  Huit médiateurs ont été embauchés en contrats courts pour soutenir cette campagne de test. C'est utile, oui,  mais c'est insuffisant juge le représentant syndical " Ils ont pu faire un travail de collecte de données mais en termes de professionnels qualifiés pour faire passer ces tests je pense qu'il y a une vrai dissonance entre les besoins et les moyens existants dans notre département". 

Par ailleurs, concernant les autotests qui commencent à arriver dans les collèges et lycées de l'Yonne, l'Education nationale annonce le recrutement de plusieurs médiateurs, dans les prochaines semaines, afin d'aider les élèves à pratiquer ces tests, dans l'établissement.

-
- © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess