Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : le rentrée dans les écoles de Chauvigny "est un grand soulagement" pour le maire

-
Par , France Bleu Poitou

Gérard Herbert a estimé mardi 26 mai sur France Bleu Poitou que le dépistage effectué dans sa commune "a permis de rassurer les parents d'élèves" pour rouvrir les écoles.

Le maire de Chauvigny, Gérard Herbert (à droite), lors de la signature du protocole sanitaire devant permettre la rentrée dans les écoles de la commune, le 12 mai 2020.
Le maire de Chauvigny, Gérard Herbert (à droite), lors de la signature du protocole sanitaire devant permettre la rentrée dans les écoles de la commune, le 12 mai 2020. © Maxppp - Patrick Lavaud

C'est le jour J à Chauvigny : la majorité des écoles de cette commune de la Vienne rouvrent leurs portes mardi 26 mai après un report de la rentrée de quinze jours. "C'est un grand soulagement", a confié le maire, Gérard Herbert, sur France Bleu Poitou. Samedi 9 mai, quatre cas de coronavirus étaient détectés au sein du personnel du collège de la commune.

Le maire, avait alors demandé un dépistage de tous les enseignants de primaire ainsi que des agents communaux travaillant dans les quatre écoles. Le mardi 12 mai, une institutrice avait alors été testée positive. L'école de cette institutrice devra d'ailleurs attendre vendredi (et la fin de sa quatorzaine) pour reprendre les cours. Le maire de Chauvigny a assuré sur France Bleu Poitou que les conditions sanitaires sont respectées pour la rentrée. "Elles l'étaient déjà pour le 12 mai puisqu'elles avaient été mises en place en respectant le protocole du gouvernement."

"Rassurer les parents qui étaient complètement affolés"

Dépister et reporter la rentrée "a été une bonne décision", a jugé Gérard Herbert, notamment parce que "cela a permis de rassurer les parents qui étaient complètement affolés". En effet, selon lui, alors qu'environ 50% des enfants étaient censés rentrer en classe le 12 mai, l'annonce des quatre cas au collège avait refroidi les parents d'élèves des écoles primaires. "Compte-tenu de la surmédiatisation de ce Covid-19, il finit par exister une psychose générale", a-t-il expliqué.

Pour le maire de cette commune d'un peu plus de 7 000 habitants, faire les gros titres des journaux télévisés n'a pas été simple. "Au début, ça a été l'angoisse et après ça a permis d'expliquer les choses." Si les écoles devraient pouvoir reprendre leurs activités normalement, Gérard Herbert n'en reste pas moins prudent. "Il y a eu un avant-Covid et il y aura un après. On aura une vie un peu différente avec toujours, malgré tout, une perte de liberté."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu