Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Coronavirus : les maires de Vaucluse sceptiques sur les conditions de réouverture des écoles le 11 mai

Par

Depuis l'annonce de la réouverture progressive des écoles à partir du 11 mai, de nombreux maires se demandent comment ils vont pouvoir l'organiser dans de bonnes conditions. Dans le Vaucluse, beaucoup estiment qu'il va être difficile de faire respecter les distances de sécurité.

Jean-Michel Blanquer a annoncé un retour progressif des élèves à l'école en fonction des niveaux à partir du 11 mai Jean-Michel Blanquer a annoncé un retour progressif des élèves à l'école en fonction des niveaux à partir du 11 mai
Jean-Michel Blanquer a annoncé un retour progressif des élèves à l'école en fonction des niveaux à partir du 11 mai © Maxppp - Jean François Ottonello

"Les gestes barrières et de sécurité vont être impossible à mettre en oeuvre à l'école". Jean-François Lovisolo, co-président de l’Association des maires de Vaucluse et maire de l’Isle-sur-la-Sorgue, a pris acte de l'annonce de la réouverture progressive des écoles à partir du 11 mai , mais il estime que ce sera très compliqué de réunir les conditions matérielles pour assurer un maximum de sécurité pour les enfants et les personnels. 

Publicité
Logo France Bleu

Des cantines pas extensibles

Pour Jean-François Lovisolo, l'une des préoccupations des maires est la cantine scolaire. Il prend l'exemple de sa commune : "J'ai 330 rationnaires par jour, on organise deux services et demi. Si j'ai l'ensemble des enfants qui reprennent fin mai, je serai dans l'impossibilité de les séparer physiquement sauf si je commence les services à 10h du matin et que je les termine à 16h !

Selon le co-président des Maires de Vaucluse, "on ne pourra pas demander à des enfants de primaire de ne pas jouer dans la cour de récréation, de ne pas se toucher, certains tomberont dans la cour, c'est la vie d'une école. " Pour Jean-François Lovisolo, ça va passer par de la réorganisation, mais pour lui tout sera compliqué : "on va fournir du savon, mais avec une quinzaine de points d'eau, s'il faut se laver les mains à chaque entrée et sortie de classe, avec 450 gamins, ça va prendre du temps". 

À Apt, la maire fait un état des lieux des prérequis pour ouvrir

À Apt, Dominique Santoni estime que les conditions ne sont pas réunies pour permettre une réouverture progressive des écoles le 11 mai. Elle est en train de recenser quels moyens matériels il faudrait pour que la reprise se fasse en respectant les mesures de sécurité. "Espacer des enfants, ça veut dire plus de matériel, plus de bureaux, peut-être des ouvertures de nouvelles classes. Pour les cantines, comment fait-on si on doit faire manger les enfants par petits groupes, cela veut dire que le temps de restauration est beaucoup plus long." 

Dominique Santoni va soumettre son état des lieux au ministère de l'Éducation. Elle espère avoir des réponses pour l'aider à envisager au mieux la reprise des cours dans sa commune. 

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu