Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : les modalités d'examen à l'Université de Bourgogne pointées du doigt par les syndicats

-
Par , France Bleu Bourgogne

Suite à l'épidémie de coronavirus, certains étudiants de l'Université de Bourgogne passent leurs examens en ligne, sur la plateforme universitaire. Les enseignants du syndicat Snesup demandent que les étudiants puissent composer, sans léguer leurs données personnelles aux logiciels utilisés.

A l'Université de Bourgogne, les étudiants doivent accepter de partager leurs donnés personnelles pour passer un examen en ligne
A l'Université de Bourgogne, les étudiants doivent accepter de partager leurs donnés personnelles pour passer un examen en ligne © Maxppp - Nicolas CREACH

A cause de l'épidémie, l'Université de Bourgogne a du organiser des examens à distance. La plupart des épreuves qui devaient se faire en présentiel, se déroulent donc sous forme de contrôle continu avec des devoirs à envoyer par mail. Certains doivent tout de même passer des examens en ligne, sur la plateforme de l'Université. Quid de la protection des données des étudiants? Au niveau national, un collectif d'Universitaires signe une tribune dans le journal Libération pour dire non à l'usage de certains logiciels qu'ils pointent du doigt comme étant des logiciels "espion". 

L'obligation de partager ses donnés personnelles pour passer son examen

Ce qui pose question à l'Université de Bourgogne, c'est la protection des données personnelles sur internet. Pour pouvoir passer son examen en ligne, chaque étudiant doit signer un "formulaire de consentement," où il accepte que "les enseignants, les équipes pédagogiques, les responsables de parcours et les gestionnaires auront accès à vos données." De prime abord, un dispositif sécurisant aux yeux de cette étudiante en biologie: "c'est un espace sécurisé pour effectuer nos examens sur les plateformes Moodle, Microsoft Teams et Plubel (la plateforme universitaire, Ndlr). Dans ce formulaire nous acceptons que seuls les membres de l'Université aient accès à ces données."

Emma étudiante en sciences de l'éducation est bien obligée de passer son examen. Elle ne s'est pas posée trop de questions : "on a pas réellement eu le choix à vrai dire ! De toute façon maintenant avec internet ce n'est pas comme si nos données étaient protégées. Là à la limite, ça va à l'institution scolaire, donc ça me dérange un peu moins.

"On ne sait pas quelles informations on va leur céder" - Peggy Cénac du syndicat Snesup-FSU

C'est justement le problème selon Peggy Cénac, maîtresse de conférence en mathématiques à l'Université de Bourgogne et membre du syndicat Snesup-FSU Bourgogne : en signant se formulaire, les étudiants acceptent de léguer leurs données certes à l'université, mais aussi à des entreprises privées telles que Microsoft qui gère le logiciel Teams utilisé. C'est là que l'on se rapproche de l'espionnage, selon l'enseignante : "à partir du moment où certains logiciels sont installés, ils peuvent récupérer des données en dehors du temps d'utilisation. On ne sait pas quelles informations on va leur céder : ils peuvent utiliser tout ce que l'on voit lors de l'oral d'un étudiant, soit pour de la reconnaissance facial, soit pour lui envoyer des publicités privées."

Le syndicat demande à ce que les étudiants aient le choix si cela les inquiète

Le Snesup-FSU de Bourgogne demande donc que l'université propose des logiciels libres* comme alternative aux étudiants que "cela inquiète. Que ceux qui ne souhaiteraient pas signer ce formulaire, puissent quand même passer leurs examens et prétendre à une validation de leur année". Pour l'instant, aucune alternative n'est proposée par l'Université de Bourgogne. 

Sollicitée par nos soins sur cette question, la direction de l'Université n'a pas encore répondu. 

Pas de logiciel de surveillance filmée ou d'intelligence artificielle au sein de l'Université de Bourgogne 

Au niveau national, le syndicat dénonce également l'usage de logiciel de "télésurveillance" : soit le fait que les étudiants soient filmés pendant qu'ils composent depuis chez eux. D'après nos informations, l'Université de Bourgogne a autorisé l'usage de ces systèmes, mais les professeurs des diverses disciplines s'y sont en opposés et ne les ont pas encore utilisés. De plus les logiciels de surveillance extrêmement critiqués, comme TestWe, basés sur un système d'intelligence artificielle, ne sont pas utilisés au sein de la faculté

Du côté du syndicat étudiant UNEF, ce qui pose le plus problème, c'est surtout que ces examens à distance risquent de renforcer les inégalités, pour ceux qui n'ont pas d'ordinateur par exemple ou un mauvais accès à internet.

*Un logiciel libre est un logiciel dont l'utilisation, l'étude, la modification et la duplication par autrui en vue de sa diffusion sont permises, techniquement et légalement, ceci afin de garantir certaines libertés induites, dont le contrôle du programme par l'utilisateur et la possibilité de partage entre individus.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu