Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 15 départements en vigilance rouge, 49 en orange
Dossier : Confinement - Coronavirus : l'école à la maison

Coronavirus : pas d'épreuves finales pour le baccalauréat, l'examen reposera seulement sur le contrôle continu

- Mis à jour le -
Par , France Bleu
France

Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer a annoncé ce vendredi que les épreuves finales du baccalauréat 2020 n'auront pas lieu. Les élèves seront uniquement évalués en fonction du contrôle continu.

Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer.
Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer. © AFP - Thomas SAMSON

Le Premier ministre avait prévenu jeudi soir que le bac 2020 ne se déroulerait pas "dans les conditions normales". Son ministre de l'Education l'a confirmé ce vendredi, en annonçant que les élèves seraient évalués sur le seul contrôle continu (notes obtenues durant l'année). Pas d'épreuves finales, donc, en raison de l'épidémie de coronavirus.

Tous les élèves de Terminales (bac général, technologique et professionnel) sont concernés, a expliqué Jean-Michel Blanquer lors d'une conférence de presse. "Nous avons écarté une solution mixte qui aurait consisté à faire passer une ou deux épreuves aux élèves, et de valider le reste en contrôle continu", a expliqué le ministre, "nous ne pouvons garantir la tenue d'épreuves écrites". Les élèves de BEP, CAP et BTS seront également évalués via le contrôle continu. Seules les notes attribuées lors du premier et second trimestre compteront. Celles données à distance pendant le confinement ne seront pas prises en compte.

Les oraux de rattrapage pour les élèves de Terminale se tiendront comme chaque année début juillet.

Seul l'oral de français en Première est maintenu

Une exception à ce dispositif : l'oral de Français est maintenu pour les élèves de Première qui passent le bac français. Il sera organisé fin juin-début juillet mais avec moins de textes
exigés que prévu. La note de l'épreuve écrite sera la moyenne des notes obtenues par l'élève tout au long de l'année dans cette matière.

"C'est la solution la plus simple, la plus sûre et la plus juste", a estimé Jean-Michel Blanquer, qui a également assuré que "tous les élèves (auraient) cours jusqu'au 4 juillet". A condition que la situation soit revenue à la normale avant cette date.

Mêmes règles pour brevet

L'ensemble des épreuves du brevet des collèges sera également validé en contrôle continu pour les élèves de Troisième, à partir de la moyenne des notes obtenues durant les trois trimestres. Les notes attribuées à des travaux rendus durant le confinement ne seront pas prises en compte. "L'obtention finale sera suspendue à un contrôle d'assiduité", a-t-il enfin ajouté.

"On s'y attendait, c'était le scénario qui nous avait été présenté il y a quelques jours. Cela semble le plus simple", a réagi sur franceinfo Hubert Salaün, administrateur national de la Peep (fédération des parents d'élèves). 

Un scénario qui fait presque consensus

"Ce qui nous satisfait, c'est qu'on ne prendra pas en compte les notes du temps de confinement qui n'est pas un travail facile pour les élèves et ce serait injuste de prendre les notes de ce temps-là", s'est-il félicité. Prendre les notes de Terminale, "cela nous convient puisque ce sont celles qui sont déjà dans Parcoursup et qui vont permettre aux élèves d'avoir des écoles."

Même son de cloche du côté des enseignants. "Cela correspond à ce que nous avions préconisé", a réagi Philippe Vincent, secrétaire général du Syndicat national des personnels de direction de l'Education nationale (SNPDEN). "On a le sentiment que le bon sens l'a emporté et que la raison a prévalu. C'est un système relativement souple et adaptable qui permettra de délivrer des diplômes dans des conditions particulières."

Le contrôle continu est une pratique inégalitaire - Snes-FSU

"On continue à dire que le contrôle continu est une pratique inégalitaire", a estimé de son côté Frédérique Rolet, secrétaire nationale et porte-parole du Snes-FSU, syndicat national des enseignements de second degré. "Le moindre mal, c'est la tenue d'un jury académique qui regarde individuellement les dossiers des élèves : quel a été le comportement de l'élève, s'il a progressé, fait des efforts... Donner une appréciation qualitative au-delà des notes du premier trimestre", a-t-elle souhaité.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess