Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : pas de répit pour les fermetures de postes dans les écoles

Malgré les demandes de moratoire pour la carte scolaire, les arbitrages de l'éducation nationale seront effectués en cette fin de semaine. Les ouvertures et suppressions de postes pour la rentrée prochaine dans les écoles seront connus en pleine période de confinement.

A Anglet, les parents de l'école élémentaire Evariste Galois lancent une pétition contre la suppression d'un poste
A Anglet, les parents de l'école élémentaire Evariste Galois lancent une pétition contre la suppression d'un poste © Radio France - Nathalie Bagdassarian

Les demandes de moratoire sont restées vaines. En cette période d'épidémie de coronavirus et de confinement, des élus, syndicats d'enseignants ainsi que des associations de parents d'élèves étaient montées au créneau pour obtenir la suspension de la carte scolaire jusqu'à la rentrée. Les arguments avancés étaient qu'en raison de l'absence d'école, des inégalités et des difficultés chez certains enfants émergeraient ou s'accentueraient. Les enseignants auraient, par conséquent, besoin de temps et de moyens supplémentaires et non pas de suppression de postes. Peine perdue, les deux réunions décisives pour la carte scolaire se tiendront bien en cette fin de semaine.

"C'est catastrophique de perdre un poste entier alors qu'en cette période on sait que la santé et l'éducation sont deux secteurs à préserver" - Sébastien Labadie, président des parents d'élèves d'Evariste Galois

A Anglet, les parents d’élèves viennent d’apprendre que leur école élémentaire Evariste Galois, une école bilingue français/basque allait perdre un poste de français à la rentrée. Mais "l'Inspection d'Académie se base sur des chiffres qui datent de décembre 2019" regrette Sébastien Labadie, le président de l’Amicale des parents d’élèves "alors que depuis décembre dernier plusieurs familles ont inscrit leurs enfants mais leurs inscriptions, à cause du confinement n'ont pas encore été transmises". 

Pas de banderole mais une pétition

Faute de pouvoir accrocher une banderole ou de distribuer des tracts, les parents d'élèves ont lancé une pétition. "On ne se la joue pas perso. On appelle tous les parents à signer car une autre école, Justin Larrebat à Anglet est concernée mais c'est aussi pour défendre en cette période dramatique le système éducatif de nos enfants" ajoute Sébastien Labadie.

Des postes d'enseignants spécialisés supprimés

Mobilisation difficile alors que chacun est confiné chez soi. Le syndicat enseignant FSU avait demandé que la carte scolaire soit reportée en septembre, que le calcul des postes soit effectué après avoir établi le bilan du confinement. "Pas de classes. Pas de connexion internet pour certains enfants. Pas de logement décent. Pas de possibilité d'être aidés pour d'autres. Les enseignants auront besoin de moyens à la rentrée, c’est évident" pour la FSU. Or, selon Renaud Bousquet, le secrétaire départemental du syndicat pour les Pyrénées Atlantiques, "C’est tout l’inverse qui est fait. L'inspecteur d'académie prévoit la suppression de 20 postes d'enseignants spécialisés notamment dans les RASED, Réseau d'aide aux enfants en difficulté".

"La santé et l'éducation doivent être préservées, la période dramatique que nous vivons en est la preuve"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu