Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Coronavirus : "Si un élève a des symptômes, nous l'isolerons", explique la rectrice de Normandie

Les élèves peuvent retourner en classe ce lundi matin en Normandie, confirme la rectrice Christine Gavini-Chevet, sauf ceux revenant de la région de Wuhan (Chine) qui doivent rester chez eux. Des syndicats critiquent la manière dont la situation est gérée par les autorités.

Les mesures de confinement pris pour les enfants revenant de zones à risque ont été levées, sauf pour ceux qui sont passés par la région de Wuhan (Chine) (illustration). Les mesures de confinement pris pour les enfants revenant de zones à risque ont été levées, sauf pour ceux qui sont passés par la région de Wuhan (Chine) (illustration).
Les mesures de confinement pris pour les enfants revenant de zones à risque ont été levées, sauf pour ceux qui sont passés par la région de Wuhan (Chine) (illustration). © Radio France - Sylvie Duchesne

Les consignes ont été modifiées au cours du week-end, avec le passage au deuxième stade du plan de prévention visant à enrayer la propagation du coronavirus Covid-19. "Dans la mesure où le virus circule sur le territoire national, certaines contraintes qui étaient destinées à éviter l'entrée du virus n'ont plus lieu d'être", explique Christine Gavini-Chevet, rectrice de l'académie de Normandie, invité ce lundi de France Bleu Normandie.

Publicité
Logo France Bleu

"Très peu" d'enfants reviennent de Wuhan

"Les élèves et les personnels de retour des zones concernées par les mesures d'isolement (comme l'Italie, ndlr) vont pouvoir retourner dans les établissements scolaires", poursuit-elle. Il y a une exception : ceux qui reviennent de la région du Hubei, épicentre de la pandémie, doivent toujours rester chez eux pendant quatorze jours. "Ils sont très peu nombreux", précise la rectrice.

En somme, le coronavirus est désormais traité comme un virus "classique". "Si nous repérons un élève qui a des symptômes de toux par exemple, nous allons l'isoler des autres élèves, appeler le Samu et voir avec l'ARS s'il s'agit d'un cas qui peut être considéré comme à risque", explique encore Christine Gavini-Chevet, qui précise que des établissements scolaires pourraient être fermés si des cas de coronavirus y sont détectés

La rectrice indique que les consignes du gouvernement sont transmises aux professeurs. Mais aujourd'hui, ceux-ci ne sont pas assez préparés selon Claire-Marie Féret, co-secrétaire académique du syndicat d'enseignants SNES-FSU : "On est d'autant moins préparés que la plupart des établissements n'ont pas de service de santé scolaire, très peu de médecins ou des infirmières qui ne sont pas là en continu". 

Claire-Marie Féret, qui est également professeur de français à Canteleu (Seine-Maritime) dénonce également le sous-équipement des établissements en mouchoirs ou gels hydroalcooliques : "Ce sont des choses toutes simples qui auraient pu être fournies aux établissements."

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu