Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Couvre-feu à 18 heures : "Les emplois du temps des élèves ne vont pas changer"

-
Par , France Bleu Picardie

Le recteur de l'Académie d'Amiens, Raphaël Muller, fait le point sur les nouvelles mesures sanitaires à l'école, ce vendredi 15 janvier sur France Bleu Picardie. Les transports scolaires sont maintenus, les tests ne seront pas obligatoires pour les élèves, et la cantine est réorganisée.

Raphaël Muller, le recteur de l'académie d'Amiens
Raphaël Muller, le recteur de l'académie d'Amiens © Radio France - Claudia Calmel

Les activités sportives en intérieur interdites, des déjeuners réorganisés à la cantine, le déploiement des tests pour les élèves. Le gouvernement a annoncé un protocole sanitaire renforcé dans les établissements scolaires, jeudi soir. Le principe, maintenir à tout prix les classes ouvertes tout en luttant contre l'épidémie de Covid-19. Invité de France Bleu Picardie, ce vendredi 15 janvier, Raphaël Muller, recteur de l'Académie d'Amiens, explique ce que cela va changer pour les élèves picards.

Réécoutez l'interview de Raphaël Muller, le recteur de l'Académie d'Amiens sur France Bleu Picardie

Le couvre-feu à 18 heures ne change pas les emplois du temps

La principale annonce du premier ministre Jean Castex, ce jeudi, c'est la généralisation du couvre-feu à 18 heures. Dès ce samedi en Picardie, les commerces baisseront le rideau plus tôt, et on ne pourra plus sortir dehors sans dérogation. Mais "les emplois du temps des enfants ne vont pas changer, assure Raphaël Muller, le recteur d'Amiens. Les transports scolaires vont être maintenus et les parents pourront toujours venir chercher leurs enfants à l'école. Il faudra simplement se prémunir d'une attestation dérogatoire". Pour les collégiens et lycéens, une pièce d'identité et le carnet de liaison pourront suffire pour justifier que l'on rentre de cours, précise le recteur.

Des plages horaires élargies pour la cantine

Le déjeuner à la cantine va aussi changer pour les élèves picards. Chaque classe aura un créneau pour manger et éviter le brassage avec les autres élèves. "C'est déjà mis en place dans les lycées depuis le mois de novembre. Dans les écoles et les collèges, on va effectivement passer à la cantine par groupes de classe, ce qui peut conduire dans certains établissements à étendre les plages horaires à la cantine. Et si cette organisation n'est pas possible, on pourrait par exemple mettre en place des paniers repas à emporter pour les élèves." Raphaël Muller veut donner priorité à un déjeuner à la cantine mais ouvre donc la porte à d'autres solutions pour limiter les flux.

Les élèves ne seront pas obligés de se faire tester

Le gouvernement veut aussi tester les élèves dès l'âge de 6 ans avec l'objectif de 300.000 tests effectués chaque semaine en France. "Ce ne sera pas obligatoire", assure le recteur. Depuis le mois de décembre, l'Académie d'Amiens a lancé des campagnes de tests antigéniques destinés jusque là aux personnels de l'éducation nationale et aux lycéens. "On va étendre les tests aux collégiens, et on se prépare à organiser des campagnes de tests dans les établissements où l'on détecterait des contaminations groupées."

269 élèves contaminés en Picardie cette semaine

Le recteur d'Amiens a aussi fait le point sur la situation épidémique dans les établissements de la Somme, de l'Oise et de l'Aisne. Au total, 269 élèves et 52 personnels ont été contaminés au coronavirus depuis ce lundi 11 janvier, "c'est en deçà des taux que l'on a connus en novembre et décembre derniers", souligne Raphaël Muller.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess