Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Couvre-feu : oui, les enfants peuvent continuer à prendre des cours de danse

-
Par , France Bleu Breizh Izel

Si vos enfants font de la danse, vous avez peut-être été surpris d'apprendre que cette activité se poursuit en intérieur. Car après l'annonce de la suspension des activités sportives pour les mineurs par le Premier ministre la semaine dernière, il y a eu un certain flottement. Exemple à Quimper.

La danse est considérée comme une activité artistique et non sportive
La danse est considérée comme une activité artistique et non sportive © AFP - TIMOTHY A. CLARY

Il y a eu 48 heures de flottement dans les écoles de danse, après l'annonce par le Premier ministre jeudi de la suspension des activités sportives pour les mineurs. Beaucoup de parents ont pensé que les cours de danse étaient concernés, eh bien non : la danse est une activité artistique et non sportive, et à ce titre, elle peut continuer pour les mineurs, comme les cours de musique. 

Des zones d'ombre

"Certains seront d'accord ou pas d'accord, mais il n'empêche que la danse fait partie des activités artistiques", explique Anne Jiquel, la directrice de la MCJ Kerfeunteun à Quimper. Il y a eu un certain flottement la semaine dernière, même si dans le milieu, on sait bien que la danse est une pratique artistique. Mais c'est vrai que dans l'état actuel des choses, à chaque parution de décret ou à chaque intervention du Premier ministre, nous avons toujours des zones d'ombre sur de multiples activités.

A chaque fois, les établissements remontent leurs questions aux autorités et lors de cette intervention du Premier ministre Jean Castex de jeudi soir, "on a très rapidement évoqué la question de la danse", poursuit Anne Jiquel. Et la réponse n'est tombée que mardi après-midi, après une première réponse négative lundi de la préfecture du Finistère, selon la directrice de la MCJ. "Puis la question a été reposée à la cellule de crise interministérielle qui a arbitré mardi après-midi et rappelé que la danse était une activité artistique" et qu'à ce titre, elle pouvait reprendre pour les mineurs. 

Parmi les professeurs de danse qui exercent à la MJC de Kerfeunteun, à Quimper, il y a Anne Pohon, pour l'association Pomme-Piment. Pendant ces cours, en plus de tous les gestes barrières et les précautions sanitaires, elle a dû repenser son enseignement. "Il y a des croix au sol, les élèves se positionnent au niveau des croix, on a forcément changé notre manière de travailler. On fait beaucoup moins de déplacements et beaucoup plus de statique."

Temps scolaire

Et pour les parents qui s'étonnent de pouvoir accompagner leurs enfants au conservatoire de musique après le couvre-feu, c'est en fait tout à fait autorisé. La préfecture du Finistère explique que ces cours sont considérés comme du temps scolaire et que des attestations dérogatoires sont possibles au-delà de 18h. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess