Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid-19 : dans le Calvados, 1500 élèves ont été dépistés dans les collèges et lycées depuis début janvier

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Début janvier, le gouvernement avait promis "un million de tests par mois dans les écoles". Des cellule mobiles de vaccination ont commencé à se rendre dans les collèges et lycées chaque fois que trois cas ou plus sont dépistés.

Le lycée Jules Verne à Mondeville a accueilli une cellule mobile de vaccination ce jeudi.
Le lycée Jules Verne à Mondeville a accueilli une cellule mobile de vaccination ce jeudi. - Capture d'écran googlestreetview

C'était il y a deux semaines, mais les annonces vont si vite qu'on a tendance à les oublier : le gouvernement annonçait vouloir tester un million d'élèves par mois dans les écoles. Pour la Normandie, cela représente 50.000 élèves par mois. Les opérations ont bien commencé dans le Calvados, des "cellules mobiles de dépistage" se déplacent dans les lycées pour administrer des tests aux élèves, sous réserve d'une autorisation parentale, et aux personnels qui sont volontaires.

La cellule intervient au-delà de 3 cas positifs

Les cellules mobiles interviennent "dès que plus de trois cas positifs sont repérés dans un établissement, et la consigne est qu'on intervienne dans les 48 heures", explique Sylvie Delamillieure, la médecin de l'Education nationale qui organise ces équipes de dépistage, dont le nombre varie en fonction des besoins. Depuis début janvier, elles ont effectué 1.500 tests auprès d'élèves et de personnels des établissements scolaires du département.

Dès que plus de trois cas positifs sont repérés dans un établissement, et la consigne est qu'on intervienne dans les 48 heures

Ce vendredi, une cellule sera présente au collège-lycée expérimental à Hérouville-Saint-Clair, une autre à Orbec. Jeudi 28 janvier, l'une d'entre elles a fait étape au lycée Jules Verne de Mondeville. 54 tests ont été effectués, dont seulement 19 lycéens, des personnels de l'établissement complétant le contingent de volontaires. C'est peu, comparé aux plus de 750 élèves de l'établissement. Aucun test n'est revenu positif

54 tests pour 750 élèves au lycée Jules Verne de Mondeville

C'est déjà rassurant pour la proviseure Martine Fily : "Autant au premier trimestre nous n'avons pas eu de cas, autant en janvier on a quand même eu 17 cas en cascade, et notamment à l'internat étudiant. Les 54 places ont été prises en 24 heures, et je pense que j'aurais une cinquantaine d'autres personnes volontaires si une deuxième journée était organisée". Ces tests ne sont "que" des tests antigéniques. Autrement dit,leur fiabilité est relative, surtout pour des cas potentiels de formes asymptomatiques du virus. 

C'est sûr que j'aimerais que davantage d'élèves demandent à se faire dépister

"Nous sommes aussi contraints par le volontariat", ajoute Sylvie Delamillieure, la médecin de l'Education nationale. "Cela varie beaucoup selon les établissements. Au Lycée expérimental à Hérouville, on a beaucoup de demandes, à Bayeux la semaine dernière, un lycée nous a fait près de 500 demandes ! On a réussi à faire 148 tests", explique-t-elle : "C'est sûr que j'aimerais que davantage d'élèves demandent à se faire dépister. Mais ça dépend aussi du consentement des parents, et c'est vraiment une décision individuelle". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess