Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : l'annonce de Jean-Michel Blanquer sur de potentielles fermetures d'écoles inquiète les parents

-
Par , France Bleu Provence

Le ministre de l'éducation Jean-Michel Blanquer a annoncé le protocole sanitaire pour la rentrée. Parmi les éléments dévoilés, le ministre a déclaré que des établissements pourraient "fermer du jour au lendemain" si des cas de Covid-19 étaient détectés. Une situation difficile pour certains parents.

École primaire à Aix-en-Provence
École primaire à Aix-en-Provence © Radio France

La semaine prochaine, les élèves doivent normalement faire leur rentrée scolaire. L’Éducation nationale a annoncé le protocole sanitaire prévu et, ce jeudi 27 août, Jean-Michel Blanquer a déclaré que des établissements pourraient "fermer du jour au lendemain" si des cas de Covid-19 étaient détectés. Une annonce prise avec inquiétude par de nombreux parents qui se retrouvent sans la moindre solution pour venir chercher ou faire garder les enfants durant leurs horaires de travail.

Dans les rues d'Aix-en-Provence, certaines familles viennent d'apprendre la nouvelle. Pour elles, une fermeture d'école serait une mauvaise nouvelle, à la fois sur le plan financier et logistique. 

Entre compréhension et mécontentement

Marie est maman d'un petit garçon qui entre en maternelle en septembre. Pour elle, l'annonce est logique mais problématique :

"Je comprends tout-à-fait cette décision, pour éviter une propagation du virus qui s'étendrait très rapidement. Après, pour ma part, le télétravail est impossible. Si cette situation arrive, on aurait éventuellement des amis qui pourraient les garder, mais nous n'avons pas de nounou et toute notre famille vit à l'étranger. Il faudrait donc chercher, et ce sera encore au détriment du travail de mon mari car moi je suis bloquée sur l'aménagement de mon temps de travail."

Pour Thomas, père d'une petite fille, trouve cette annonce illusoire :

"Ce sera très compliqué de demander à des gens de venir chercher leurs enfants, comme ça, instantanément. Il faut que tout le monde prenne ses responsabilités et le gouvernement aussi. La vie professionnelle doit reprendre, et que l'Etat puisse fournir une éducation à nos enfants de la manière la plus naturelle.

Aménager ses horaires ou perdre de l'argent

Lucie travaille dans le milieu hospitalier et ne peut absolument pas s'absenter de son lieu de travail :

"On a déjà dû trouver des solutions à la sauvage durant les périodes de confinement, mais là je ne sais pas comment les gens vont s'organiser. Si de nouveau ils me demandent de laisser les enfants à la maison, je n'ai clairement aucune solution. Est-ce que les municipalités mettront en place des systèmes de garderie ? On l'espère..."

Thomas est en garde alternée pour ce qui est de sa fille. Pour lui, les solutions vont être réduites :

"Pendant le confinement, sa mère et moi faisions l'école une semaine sur deux. Mais à ce moment-là, mon entreprise était fermée. Sa maman travaille à partir du mois de septembre et moi également ! Il faudra trouver des solutions, potentiellement payer une personne pour garder les enfants à la maison. En tout cas, c'est une grande inquiétude chez les gens avec qui je discute et qui sont parents d'élèves également."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess