Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid-19 : l'Éducation nationale vise les 2500 dépistages par semaine dans les écoles de la Loire

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

La campagne de dépistage du Covid-19 dans les écoles va s’accélérer dans les prochaines semaines. Dans la Loire, des tests ont déjà eu lieu dans huit écoles. Il y en aura 12 la semaine prochaine, puis 16 celle d'après. L'objectif est de réaliser 2 500 tests par semaine d'ici fin mars.

Les tests salivaires facilitent les dépistages chez les plus jeunes.
Les tests salivaires facilitent les dépistages chez les plus jeunes. © Radio France - Tommy Cattaneo.

Il suffit de cracher dans un tube. Alors que le ministère de l'Éducation nationale ambitionne de tester 300 000 élèves chaque semaine à partir de mi-mars, la campagne de dépistage du Covid dans les écoles monte aussi en puissance chez nous dans la Loire.  Après les 350 premiers tests réalisés vendredi 26 février dans deux écoles de Saint-Étienne et Villars et la détection d'un cas positif chez un adulte, de nouveaux dépistages ont été effectués ce jeudi dans quatre écoles, puis dans deux autres vendredi.

Des tests dans une vingtaine d'établissements chaque semaine d'ici fin mars

"Nous avons testé environ 500 élèves et une quarantaine d'adultes jeudi, mais nous n'avons pas encore les résultats", explique Armelle Kheder, secrétaire générale des services départementaux de l'Éducation nationale dans la Loire. "On est entre 60 et 80% de taux d'acceptation des parents pour que leurs enfants fassent le test, donc ça veut dire qu'il y a une forte adhésion des familles concernant cette démarche."

Selon Armelle Kheder, il n'y a que le dépistage qui permettra de garder les écoles ouvertes, puisque beaucoup de jeunes élèves sont asymptomatiques. "Notre objectif, c'est d'atteindre les 2500 tests par semaine dans une vingtaine d'établissements d'ici le 20 mars. Il y aura 12 écoles concernées la semaine prochaine et 16 celle d'après."

Une infirmière scolaire supervise le dépistage dans les écoles.
Une infirmière scolaire supervise le dépistage dans les écoles. © Radio France - Tommy Cattaneo.

Le plus difficile ? Trouver assez de salive à mettre dans le tube

Sur la seule journée de vendredi, ce sont 405 élèves qui ont été dépistés, dans les écoles Chaléassière et Paule et Joseph Thiollier de Saint-Étienne. Tous les élèves, de la moyenne section au CM2, peuvent se faire tester. "Chez nous, ce sont 70% des élèves qui se font dépister", confie Vincent Rousset, le directeur de l'école Paule et Joseph Thiollier, agréablement surpris.

"C'est une première pour tout le monde, mais les petits le prennent bien", explique Isabelle, enseignante en moyenne section. "Ce qui est difficile, c'est de trouver assez de salive à mettre dans le petit tube. Donc on leur dit de penser à des bonbons ou des gâteaux pour les faire saliver. Personnellement, j'ai poussé les parents à donner leur accord. Je préfère qu'on dépiste dans les écoles et qu'on puisse canaliser le virus s'il est là plutôt que de fermer l'école complètement."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess