Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid-19 : Le protocole sanitaire "impossible à respecter" dans certains lycées normands

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Des couloirs bondés, une file d'attente sans distanciation au self, des consignes floues... Depuis la rentrée scolaire ce lundi, l'inquiétude monte chez les lycéens, parents d'élèves et professeurs, de plusieurs lycées normands. Tous dénoncent un protocole sanitaire impossible à appliquer.

Cette photo, publiée par une lycéenne de Caen sur Twitter, a été retweetée plus de 300 fois.
Cette photo, publiée par une lycéenne de Caen sur Twitter, a été retweetée plus de 300 fois. © Radio France - Pauline H

"C'est blindé de monde, c'est une catastrophe ! On est quasiment tout le temps collés les uns aux autres, rien n'a changé depuis la rentrée de septembre. Mes parents sont des personnes à risques, ça m'inquiète beaucoup", confie Cerise qui est en seconde au Lycée Malherbe à Caen.  

Le jour de la rentrée, elle a publié plusieurs photos sur Twitter. Il s'agit de "situations où la distanciation n'est pas respectée".

Les inquiétudes de cette lycéenne et de ses camarades, ainsi que celles des professeurs et des parents d'élèves ont été abordées lors d'un Conseil d'Administration ce mardi. Une nouvelle réunion a lieu ce jeudi. Le but est de proposer des solutions à la rectrice d'académie de Normandie.

Nous sommes un cluster en puissance

Jean-François Dreyer est professeur d'histoire-géographie au lycée Malherbe et membre du Conseil d'Administration. Il dénonce une situation très inquiétante.

"Dans les couloirs qui mènent aux classes, ceux qui mènent à la cantine et dans les classes qui accueillent jusqu'à 36 élèves, il est impossible de respecter le protocole sanitaire ! Certains professeurs ont exercé leur droit de retrait, on n'exclut pas de faire grève car l'inquiétude est réelle, nous sommes un cluster en puissance", estime ce professeur.

Des cours en distanciel ? 

Dans le lycée Fresnel à Caen, l'inquiétude est la même pour les élèves. Pauline, en première, décrit des situations similaires où la distanciation est impossible à respecter. 

Elle aussi a publié des photos sur Twitter. Lors de l'hommage à Samuel Paty ce lundi, de nombreux lycéens étaient rassemblés dans un hall. Mais la lycéenne affirme que cette situation se produit tous les jours.

"La solution serait que ce soit les professeurs qui changent de classe, pas les élèves, pour éviter le brassage. Et de faire des cours en distanciel, par exemple en alternant semaine en présentiel et semaine en distanciel", propose Pauline. 

Le passage à une partie de l'enseignement en distanciel est indispensable selon Maud Rothmann, administratrice à la FCPE du Calvados.

"Souvent les mesures ne peuvent pas être mises en œuvre. À moins de passer à du distanciel de manière partielle, il n'y a pas d'autres solutions pour appliquer le protocole sanitaire renforcé de manière efficace", explique-t-elle.

Le rectorat n'exclut rien

Contacté, le rectorat de l'académie Normandie rappelle que les établissements travaillent sur la mise en place du protocole sanitaire renforcé jusqu'à la fin de la semaine. 

"Il est essentiel que la scolarisation de tous les élèves soit assurée en présentiel", explique le rectorat de l'académie de Normandie. Mais des souplesses pourraient être envisagées notamment dans les lycées, avec une petite part d'enseignement à distance. 

"Si certains assouplissements s'avèrent nécessaires, ils seront étudiés au cas par cas par le rectorat en vue d'une mise en œuvre à partir de la semaine prochaine."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess