Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid-19 : "Pas question" de fermer les écoles, les futurs bacheliers bientôt fixés, dit Jean-Michel Blanquer

-
Par , France Bleu

Les futurs bacheliers seront fixés avant la fin du mois de janvier sur les épreuves prévues en mars, a indiqué ce mardi le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer. Il a répété qu'il n'était "pas question" de fermer les écoles "à ce stade" de l'épidémie de coronavirus.

 Epreuve de philosophie du bac 2018.
Epreuve de philosophie du bac 2018. © Maxppp - Philippe de Poulpiquet

Concernant l'organisation du baccalauréat, et notamment les épreuves de mars, une "décision définitive sera prise à la fin du mois" de janvier, a déclaré Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale, de la Jeunesse et des Sports, ce mardi sur franceinfo.

Pour limiter la propagation de l'épidémie de coronavirus, une partie des établissements appliquent une jauge de 50% d'élèves en présentiel, 50% d'élèves à distance, pouvant créer des inégalités entre les jeunes. Malgré tout, le ministre de l'Éducation nationale a affirmé vouloir "maintenir autant que possible les calendriers prévus".

Trois options sont sur la table a-t-il expliqué :"Soit on le maintient au mois de mars, soit on le reporte au mois de juin, soit on met en place un système de contrôle continu", a énuméré le ministre. "Même si on devait aller vers le contrôle continu, il est très important qu'on ait des jalons sérieux pour nourrir cette note de contrôle continu. Donc, il faut que le travail continue comme s'il y avait des épreuves de mars", a-t-il ajouté. 

Mais le ministre dit "souhaiter vraiment un baccalauréat 2021 qui aie sa pleine force, pour la première fois avec des élèves de terminale qui ont choisi leur enseignement de spécialité, avec le grand oral qu'ils passeront au mois de juin".

Pour aider les élèves de terminale, Jean-Michel Blanquer a rappelé l'initiative des vacances apprenantes. "On développe plus que jamais le système d'appui scolaire pendant les vacances, notamment à destination des élèves de terminale. On l'avait fait d'ailleurs lors des dernières vacances de printemps en 2020, et on va le faire de façon là aussi [pendant les vacances d'hiver], de façon à bien les préparer. Que ce soit pour les épreuves de mars ou les épreuves ultérieures".

"Une trentaine d'écoles et une centaine de classes" fermées

Le ministre a indiqué qu'il n'y avait pas actuellement d'"explosion de la contagion" du coronavirus à l'école et qu'on semblait être "sur un plateau haut". "Une trentaine d'écoles et une centaine de classes" sont actuellement fermées, "ça risque d'augmenter un peu ces prochains jours" mais "on n'est pas dans une situation d'explosion de la contagion", a dit le ministre. Selon M. Blanquer, on observe actuellement "la même courbe" de contagion qu'après les vacances de la Toussaint : la courbe a augmenté, "là on est sur une sorte de plateau, il faut espérer que ce soit comme une cloche".

"Pas question" de fermer les écoles "à ce stade"

Il a redit qu'"à ce stade", il n'était "pas question" de fermer les écoles. "Bien sûr, je suis pragmatique", a-t-il ajouté, insistant : "Ce serait la dernière chose à fermer" en cas d'aggravation de la contagion. Il a toutefois reconnu qu'en raison du variant anglais, plus contagieux, on risquait d'avoir dans les prochains jours davantage de fermetures de classes ou d'écoles, car la décision d'une fermeture par les autorités de santé pourrait être prise à partir d'un cas avéré et non plus trois.

Des vacances de deux semaines et pas trois

Sauf "explosion imprévue des cas", les vacances de février dureront bien deux semaines et non pas trois, a-t-il aussi indiqué. L'idée d'allonger les congés d'hiver avait récemment circulé pour ralentir l'épidémie. "Tous mes efforts sont tendus vers le fait de respecter les calendriers", "il y a toujours un petit élément d'incertitude ; d'ici 5 ou 6 jours on aura les idées claires sur les tendances générales", a dit M. Blanquer.

Les masques en tissu

Par ailleurs, alors que le Haut conseil de la santé publique a recommandé d'éviter certains masques en tissu moins filtrants face à la circulation en France du variant britannique, le ministre a rappelé que les masques fournis aux personnels de l'éducation sont de catégorie 1. "L'alerte serait plutôt du côté des familles", qui équipent leurs enfants, a-t-il dit. "Peut-être qu'on arrivera à quelque chose d'obligatoire au bout de quelques jours", a ajouté M. Blanquer.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess