Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : pourquoi les collégiens de 4e et de 3e des Bouches-du-Rhône restent-ils en demi-jauge ?

-
Par , France Bleu Provence

Malgré un taux d'incidence dans les Bouches-du-Rhône de 105 cas pour 100 000 habitants, les élèves de 4e et de 3e continuent de suivre les cours en demi-jauge. Une situation mal comprise par les parents qui estiment que leurs enfants sont les "oubliés" du déconfinement.

Dans les Bouches-du-Rhône, les élèves de 4e et de 3e ne vont au collège qu'un jour sur 2
Dans les Bouches-du-Rhône, les élèves de 4e et de 3e ne vont au collège qu'un jour sur 2 © Radio France - Emilie Briffod

Alors que la situation sanitaire s’améliore partout, les élèves de 4e et de 3e des 15 départements de France les plus touchés par l'épidémie de Covid 19 ( le Nord, la Sarthe, la Seine-et-Marne, Paris, les Hauts-de-Seine, le Val-d'Oise, le Val-de-Marne, l'Oise, la Seine-Saint-Denis, les Yvelines, l'Essonne, le Rhône, les Bouches-du-Rhône, la Loire et l'Aisne) sont soumis depuis le 3 mai à des restrictions d’accueil. Pourtant, dans les Bouches-du-Rhône, le taux d'incidence est redescendu la semaine dernière à 105 cas pour 100 000 habitants, très loin donc de la barre des 400 cas pour 100 000 habitants fixée initialement pour la mise en place des demi-jauge dans les collèges.

Des collégiens peu autonomes et démotivés

Alors que les terrasses des bars et des restaurants, les commerces, les cinémas et les musées ont rouvert et que partout les chiffres des contaminations sont en baisse, les parents d'élèves ne comprennent pas pourquoi les cours n'ont pas repris à 100 % en présentiel et constatent un maque de motivation de leurs enfants qui se sentent déjà en vacances. Elise habite Mollégès dans les Alpilles, sa fille prépare le brevet et elle s'inquiète "50 % du temps elle travaille et 50 % du temps elle est livrée à elle même. C'est pas simple de réussir à motiver un adolescent. Comme les profs ne peuvent pas donner du travail aux enfants alors qu'ils doivent faire classe à l'autre partie de la classe, c'est moi qui alimente ma fille en exercices tout en étant en télétravail. C'est très compliqué. Au bout de 4 semaines, je n'en peux plus. Cela augmente le décrochage scolaire et la démotivation des enfants". 

Nos enfants sont les "oubliés" du déconfinement

Dorothée habite Bouc-Bel-Air et pour elle les collégiens sont les grands "oubliés" du déconfinement. "Tout a rouvert, même les activités sportives ont repris. Pourquoi est ce que les enfants doivent rester à la maison ? ". Se pose aussi la question de l'égalité entre les territoires. Elise habite à la limite des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse. Ses amies qui habitent 10 kilomètres plus loin n'ont pas ce problème. "Il y a une inégalité entre les départements mais aussi au sein des familles selon l'implication des parents". 

Aucune information pour l'instant sur une éventuelle levée de la mesure 

Depuis plusieurs jours, les parents d'élèves se mobilisent et cherchent à comprendre pourquoi les Bouches-du-Rhône restent en demi-jauge malgré les bons chiffres. Initialement, la mesure avait été prise pour 4 semaines et devrait donc se terminer cette semaine mais pour l'instant les principaux de collège n'ont aucune information. Le secrétaire départemental du SNPDEN (le Syndicat National des Personnels de Direction de l'Education National) dans les Bouches-du-Rhône Jean François Véran souhaite que les élèves puissent reprendre à 100 % en présentiel "ça serait psychologiquement rassurant pour les élèves et leurs familles de reprendre les cours pour préparer sereinement l'année prochaine. "mais pour l'instant aucune réponse officielle. Le rectorat d'Aix-Marseille que nous avons contacté explique  : "nous n'avons aucune directive du gouvernement ou de l'ARS donc dans le doute, on poursuit la demi jauge". En précisant qu' "il reste très peu de jours de cours avant la fin de l'année". De son côté, l'ARS explique que la décision revient au ministère de l'éducation nationale.

Les épreuves du brevet sont  programmées les lundi 28 et mardi juin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess