Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Nouveau protocole sanitaire dans les écoles : on a du mal à s'y retrouver selon le SNUipp en Creuse

-
Par , France Bleu Creuse

Un nouveau protocole sanitaire entre en vigueur ce mardi dans les écoles maternelles et élémentaires. Désormais on ne ferme plus une classe si un enfant est testé positif au Covid-19. En Creuse, le SNUipp, premier syndicat des enseignants du 1er degré demande plus de clarté.

Le nouveau protocole sanitaire entre en vigueur ce mardi dans les écoles maternelles et élémentaires
Le nouveau protocole sanitaire entre en vigueur ce mardi dans les écoles maternelles et élémentaires © Radio France - Nathalie Col

C'est un nouveau protocole sanitaire qui s'applique désormais dans les écoles maternelles et primaires. Il n'y a plus de fermeture automatique d'une classe lorsqu'un élève est testé positif au Covid-19. L'enfant est mis à l'isolement durant une semaine, mais ses camarades de classe restent en cours. Le SNUipp, le syndicat majoritaire des enseignants du 1er degré dénonce cet allégement du protocole. Luc Marquès, son secrétaire départemental en Creuse, s'en explique ce mardi matin sur France Bleu Creuse. Retrouvez son interview en vidéo ici.

"Il n'y a que dans les écoles qu'on allège le protocole !"

Luc Marquès se demande pourquoi on allège le protocole sanitaire des écoles alors que la circulation du virus s'intensifie dans tout le pays. "Hier, dès lors qu'il y avait un cas confirmé, on mettait en action un tas de mesures pour prévenir la propagation de l'épidémie. Et aujourd'hui avec un cas confirmé on isole uniquement l’élève et la classe continue comme si de rien n’était ! Les autorités de santé disent que les enfants sont moins contaminants mais ils ne sont pas pour autant pas contaminants. Le secrétaire départemental du SNUipp en Creuse s'étonne de ce revirement. "En mars on a fermé les écoles parce que le virus circulait activement et que c'était un lieu de brassage. Et aujourd’hui on nous explique qu'il n'y a pas de problème. On a du mal à s'y retrouver".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess