Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Crise sanitaire : à Nantes, les étudiants en BTS crient leur détresse

-
Par , France Bleu Loire Océan

Contrairement à l'an dernier, le ministère de l'Enseignement supérieur a maintenu pour les étudiants en BTS les examens en mai et en juin. Ces élèves, en distanciel depuis plusieurs mois et privés de nombreuses semaines de stage, s'inquiètent pour leur diplôme. Et leur avenir.

Depuis plusieurs mois, les étudiants en BTS sont privés de cours en présentiel, comme ici.
Depuis plusieurs mois, les étudiants en BTS sont privés de cours en présentiel, comme ici. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

Les étudiants en BTS montent au créneau depuis plusieurs semaines. Ils et elles ont suivi l'immense majorité de leur cursus à distance cette année, et sont inquiets pour leur diplôme. Hugo, en 2e année de BTS communication à Nantes, voit d'un mauvais oeil l'échéance des examens qui se rapproche : "Totalement dans le flou", résume-t-il. 

Des stages perturbés

Car les examens, avec des écrits aux alentours de la fin mai, et les oraux dans la foulée début juin, s'annoncent mal, estiment les étudiants. Contrairement à l'année dernière, le gouvernement a décidé de les maintenir. "Nous, on voudrait valider notre diplôme grâce au contrôle continu. Depuis octobre, nous avons quasiment tout le temps suivis nos cours à distance. Cela créée énormément de difficultés et d'inégalités", explique Agathe, étudiante elle aussi en 2e année de BTS communication. 

On nous dit d'inventer des rapports de stage !

La question qui taraude le plus ces étudiants est celle des stages. Bon nombre d'entre eux n'ont pas pu réaliser les 14 semaines demandées dans ce cursus. Et pourtant, c'est bien là-dessus qu'ils seront évalués, avec le plus fort coefficient. "On en arrive à des situations absurdes, on nous dit 'faites comme si tout était normal, alors que rien dans cette situation ne l'est", déplore Hugo. "On devra rendre des fiches décrivant des situations vécues dans ces stages, situations que l'on n'aura pas vécues... On nous dit d'inventer des rapports de stage ! Comment être crédible face à un jury ? On devrait donc mentir ?", interroge-t-il.

Nos acquis sont très fragiles, je ne me sens pas prête à continuer dans ces conditions.

Avec 8 semaines de stage validées, Hugo fait partie des chanceux de sa promotion. Mais lui comme les autres arriveront aux oraux de fin d'année avec d'importantes lacunes. Un diplôme vidé de sa substance qui inquiète Agathe, qui envisage de tout arrêter cet été. "Notre diplôme est vidé de sa substance, et nos acquis sont très fragiles, je ne me sens pas prête à continuer dans ces conditions. J'envisage d'arrêter mes études après mon BTS", se désole cette étudiante. 

Comme beaucoup d'autres étudiants, Agathe et Hugo attendent donc d'ici la fin de l'année un geste de la part de la ministre de l'Enseignement supérieur ; l'annonce d'une validation des BTS par le contrôle continu. Pour l'instant, la seule chose annoncée par le ministère de l'éducation : cette année, la session de rattrapage sera ouverte à l'ensemble des candidats qui n'ont pas pu valider leur diplôme.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess