Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Dans la Loire, la réforme du collège pose encore question

mercredi 31 août 2016 à 4:09 Par Tifany Antkowiak, France Bleu Saint-Étienne Loire

C'est l'une des nouveautés de cette rentrée scolaire 2016 : la réforme du collège entre en vigueur. Une réforme contestée ces derniers mois, principalement par les enseignants, en raison de la disparition presque totale des classes bilangues, et d'un changement de méthode d'enseignement.

Réforme du collège, image d'illustration.
Réforme du collège, image d'illustration. © Radio France - Radio France

Plusieurs syndicats, dont le SNES, la CGT et FO, appellent les enseignants à la grève le 8 septembre 2016, une semaine après la rentrée, notamment pour dénoncer la mise en oeuvre de la réforme du collège. Une réforme que se traduit par plusieurs mesures, comme la fin de la plupart des classes bilangues, la généralisation de l'accompagnement personnalisé et la mise en place de projets transversaux, les EPI (enseignements pratiques interdisciplinaires).

La réforme du collège - Radio France
La réforme du collège © Radio France

Travail commun sur Picasso en espagnol et en arts plastiques

Chaque élève suivra au moins deux EPI par an, de la 5e à la 3e. 2 à 3 heures par semaine sont prévues autour de 8 thèmes, comme "développement durable", "corps, santé et sécurité" ou encore "langues et cultures étrangères". Au collège de la Talaudière par exemple, des professeurs d'espagnol et d'arts plastiques vont travailler avec leurs élèves sur l'oeuvre de Pablo Picasso. Encore faut-il qu'ils trouvent le temps de se concerter. C'est l'une des craintes du SNES. Le principal syndicat enseignant du second degré s'inquiète plus particulièrement pour les professeurs remplaçants : quelle sera leur place dans ces projets ? Le SNES se demande aussi comment va s'organiser l'accompagnement personnalisé pour tous (de la 6e à la 3e), également prévu par la réforme. La FCPE, principale fédération de parents d'élèves, est elle plutôt satisfaite, de cette mesure. De même que l'apprentissage d'une deuxième langue vivante dès la 5e (auparavant c'était à partie de la 4e). C'est la contrepartie de la suppression de presque toutes les classes bilangues. Il n'en resterait que 30% pour cette rentrée dans l'académie de Lyon.Travail commun sur Picasso avec les professeurs d'espagnol et d'arts plastiques

Pour préparer au mieux cette réforme, certains établissements ont commencé à travailler dessus très en amont, comme au collège Pierre et Marie-Curie, à la Talaudière. Le principal explique que les premières réunions de travail ont eu lieu "dès juin 2015". Les enseignants ne cachaient alors pas caché leurs réticences. Un responsable de la FCPE explique lui que "l'organisation de cette réforme était déjà bien organisée en janvier dernier".

Comment le collège de la Talaudière c'est préparé à la réforme du collège